Vers une levée partielle de l'interdiction de dons de sang pour les gais

Les homosexuels masculins représentent environ 7% de la... (Photo Ryan Anson, archives AFP)

Agrandir

Les homosexuels masculins représentent environ 7% de la population américaine, et 2,6% des donneurs de sang potentiels, selon la FDA.

Photo Ryan Anson, archives AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Agence France-Presse
WASHINGTON

L'Agence américaine des médicaments (FDA) a recommandé mardi de supprimer l'interdiction à vie pour les homosexuels et bisexuels masculins de donner leur sang, pour la remplacer par une obligation d'abstinence sexuelle d'un an avant tout don.

Ce projet de nouvelles directives fait suite à une annonce de la FDA en décembre dernier qu'elle envisageait une levée de cette interdiction, en l'assortissant néanmoins de conditions. L'autorité de régulation avait indiqué qu'elle publierait des recommandations début 2015.

Cette interdiction avait été mise en place en 1983 en pleine explosion de l'épidémie de sida.

L'amélioration des analyses de sang et le succès d'une initiative similaire en Australie, où le risque n'a pas augmenté après cinq ans de substitution de l'interdiction à vie par une abstinence d'un an, ont été mis en avant par la FDA pour appuyer ce changement de lignes directrices.

Les homosexuels masculins représentent environ 7% de la population américaine, et 2,6% des donneurs de sang potentiels, selon la FDA.

Cette initiative intervient après la multiplication des appels émanant des milieux médicaux, de groupes gais et même d'élus du Congrès américain contre cette interdiction jugée discriminatoire et sans fondement scientifique.

En vertu de ces nouvelles directives, les personnes ayant eu des relations sexuelles tarifées ou ayant consommé des drogues illégales par intraveineuse seraient toujours sous le coup d'une interdiction de don à vie.

Interdiction maintenue aussi pour les hommes et les bisexuels ayant eu un rapport sexuel avec un autre homme dans l'année précédent le don envisagé, tout comme pour les femmes ayant eu un rapport avec un homme bisexuel dans l'année.

Ce projet d'évolution des directives, non contraignant, est ouvert à commentaires pour une période de 60 jours avant son entrée en vigueur.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer