La tuerie d'Aurora a été méticuleusement planifiée, plaide l'accusation

Selon des témoins, James Holmes a lancé le... (Archives Reuters)

Agrandir

Selon des témoins, James Holmes a lancé le 20 juillet 2012 un fumigène dans cette salle de cinéma avant d'ouvrir le feu, tirant au hasard avec un fusil d'assaut AR-15, un pistolet calibre .40 et un fusil de chasse.

Archives Reuters

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Jeanie STOKES
Agence France-Presse
Centennial

Le tueur présumé du cinéma d'Aurora, James Holmes, avait méticuleusement préparé le massacre qui a coûté la vie à 12 personnes en 2012, selon l'accusation, qui a donné des détails poignants sur la scène du crime.

Lors de ses propos liminaires au procès de James Holmes, entré lundi dans sa phase principale, le procureur George Brauchler a donné une description  détaillée de la tuerie, où 70 personnes ont également été blessées.

«Lors d'une nuit fraîche de juillet, 400 personnes ont fait la queue pour se distraire» devant un film de Batman, The Dark Knight Rises, «et une personne est venue pour les massacrer», a déclaré M. Brauchler, désignant du doigt Holmes, qui risque la peine de mort, devant une salle d'audience bondée.

Le bilan de la tuerie aurait pu être encore plus élevé si l'une des armes de l'accusé ne s'était enrayée, a souligné le procureur, notant aussi que les explosifs avec lesquels il avait piégé son appartement n'avaient pas non plus explosé lorsque les policiers sont venus fouiller son domicile.

M. Brauchler a également montré aux douze jurés une photo d'une des sorties du cinéma.

«De l'autre côté de cette porte se trouve l'horreur. Des balles, du sang, des cervelles et des corps», a-t-il lancé.

L'ex-étudiant de 27 ans, qui a plaidé non coupable pour maladie mentale, a écouté avec calme l'accusation. En chemise bleue rayée, pantalon en flanelle, lunettes, cheveux coupés court et barbe rasée de près, son allure constrastait avec la chevelure orange qu'il arborait lors du massacre.

Il fait face à 166 chefs d'accusation, notamment pour meurtre aggravé, tentative de meurtre et possession d'explosifs.

Le procureur a fait entendre aux douze jurés un enregistrement d'un appel d'urgence où l'on entend une série de coups de feux, et a dévoilé une maquette du cinéma d'Aurora.

James Holmes... (Archives Reuters) - image 2.0

Agrandir

James Holmes

Archives Reuters

Citant un carnet de notes de Holmes, George Brauchler a lu un passage où l'accusé décrivait «sa longue haine de l'humanité» et affirme qu'il décrivait aussi «de façon détaillée comment attaquer un cinéma».

M. Brauchler cite aussi Holmes ayant écrit: «J'ai décidé de dédier ma vie à tuer des gens».

«Je ne suis pas suicidaire mais je pense à tuer des gens», aurait également déclaré l'accusé à un psychologue en mars, quatre mois avant le massacre.

«Pas un monstre»

Selon des témoins, James Holmes a lancé le 20 juillet 2012 un fumigène dans la salle de cinéma avant d'ouvrir le feu, tirant au hasard avec un fusil d'assaut AR-15, un pistolet calibre .40 et un fusil de chasse.

Lors d'audiences préliminaires, les procureurs ont déclaré que Holmes avait assez de munitions pour tuer tous les spectateurs de cette salle de cinéma bondée.

Après le procureur, les avocats de la défense ont mis en avant un historique de schizophrénie dans la famille de l'accusé.

«Traitez M. Holmes avec dignité, comme une personne souffrant de schizophrénie», a enjoint le principal avocat, Daniel King.

Les parents de l'accusé, Robert et Arlene Holmes, ont écrit en décembre une lettre au quotidien Denver Post affirmant que leur fils, étudiant en neuroscience à l'Université du Colorado avant la tuerie, n'était «pas un monstre» mais «un être humain atteint de graves troubles mentaux».

S'il est jugé non coupable, il sera enfermé dans un hôpital psychiatrique de l'État du Colorado.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer