La nouvelle doyenne de l'humanité est aussi américaine

Jeralean Talley, une femme noire qui vit dans... (PHOTO REBECCA COOK, ARCHIVES REUTERS)

Agrandir

Jeralean Talley, une femme noire qui vit dans le Michigan, est née en Géorgie le 23 mai 1899 et avait mardi 115 ans et 320 jours, selon le décompte de l'organisation américaine Gerontology Research Group qui ne recense que les cas documentés de ces «supercentenaires» ayant passé la barre des 110 ans.

PHOTO REBECCA COOK, ARCHIVES REUTERS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Agence France-Presse
WASHINGTON

Une Américaine de 115 ans, Jeralean Talley, est désormais la doyenne de l'humanité après la mort lundi de sa compatriote Gertrude Weaver qui n'a gardé ce titre qu'une semaine.

Jeralean Talley, une femme noire qui vit dans le Michigan, est née en Géorgie le 23 mai 1899 et avait mardi 115 ans et 320 jours, selon le décompte de l'organisation américaine Gerontology Research Group qui ne recense que les cas documentés de ces «supercentenaires» ayant passé la barre des 110 ans.

Interrogée par le Detroit Free Press sur le secret de sa longévité, la nouvelle doyenne qui vit à Inkster, près de Detroit, a affirmé que «cela vient d'en haut (...) Ce n'est ni dans mes mains ni dans les vôtres», a-t-elle dit en pointant les doigts vers le ciel.

Pour le magazine Time, qui a contacté sa famille, dont sa fille de 77 ans Thelma Holloway, la nouvelle doyenne mange beaucoup de porc, est un vrai oiseau de nuit et n'a arrêté de faire du bowling qu'à l'âge de 104 ans.

La précédente doyenne de l'humanité, Gertrude Weaver, qui aurait eu 117 ans le 4 juillet, s'est éteinte lundi matin à la suite de complications provoquées par une pneumonie, dans une maison de retraite médicalisée de l'État de l'Arkansas, selon la presse américaine.

Elle était devenue la doyenne de l'humanité le 1er avril, après le décès de la Japonaise Misao Okawa à 117 ans.

«Elle savait qu'elle était la doyenne de l'humanité, et elle en était très heureuse. Elle appréciait chaque appel téléphonique, chaque lettre, chaque commentaire», a déclaré au Washington Post Kathy Langley, une responsable du centre Silver Oaks Health and Rehabilitation Center où elle est décédée.

Née en 1898 de parents agriculteurs, Gertrude Weaver était la benjamine de six enfants.

Elle avait déclaré par le passé à un journal de l'Arkansas que sa longévité était entre autres due au fait qu'elle «traitait bien tout le monde».

Elle a eu quatre enfants, dont le seul encore en vie est un fils qui a soufflé mardi ses 94 bougies, selon le Washington Post.

La Japonaise Misao Okawa était décédée le 1er avril, moins d'un mois après avoir fêté son 117e anniversaire.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer