Climat: Obama veut que l'État fédéral donne l'exemple

Le président américain, Barack Obama... (Photo Jacquelyn Martin, AP)

Agrandir

Le président américain, Barack Obama

Photo Jacquelyn Martin, AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Changements climatiques

Environnement

Changements climatiques

Tout sur les changements climatiques »

Agence France-Presse
WASHINGTON

Barack Obama souhaite que l'État fédéral donne l'exemple dans la lutte contre le changement climatique: il a signé jeudi un décret fixant comme objectif une réduction de 40% des émissions des gaz à effet de serre d'ici 2025 par rapport à 2008.

«Ce sont des objectifs ambitieux, mais nous savons qu'il est possible de les atteindre», a déclaré le président américain qui s'est rendu sur le toit des bâtiments du ministère de l'Énergie à Washington où ont été installés des panneaux solaires.

D'ici dix ans, la part de l'électricité issue des énergies renouvelables utilisée par le gouvernement fédéral - qui compte une flotte de 650 000 véhicules ainsi que 360 000 bâtiments répartis à travers le pays - devra passer à 30%.

Selon les calculs de l'exécutif américain, ces mesures, associées à de nouveaux engagements de groupes privés travaillant avec l'État, permettront de réduire les émissions pour un total équivalent à celui des émissions de 5,5 millions de voiture pendant un an.

«Il est important de donner l'exemple au niveau du gouvernement fédéral», a souligné M. Obama, affichant sa volonté de «tout faire pour améliorer l'efficacité énergétique de l'économie américaine».

Mettant en avant le développement rapide de l'énergie solaire aux États-Unis, il a souligné que le rythme de croissance des emplois dans ce secteur était «dix fois supérieur» à celui de l'ensemble de l'économie.

Au-delà de l'empreinte carbone du gouvernement fédéral au sens strict, ce décret doit permettre d'«encourager l'innovation», a souligné de son côté Brian Deese, conseiller du président américain. «C'est une bonne nouvelle pour l'environnement, pour l'économie et pour le contribuable américain», a-t-il ajouté.

Face à l'opposition farouche des républicains du Congrès, dont certains mettent en doute l'existence du changement climatique, M. Obama privilégie désormais la voie réglementaire sur ce dossier. Il a en particulier imposé de nouvelles normes sur les centrales à charbon via l'Agence de protection de l'environnement.

Washington s'est engagé sur une réduction de 26% à 28% des émissions américaines de gaz à effet de serre d'ici à 2025 par rapport à 2005.

Ces chiffres ont été annoncés en novembre 2014 à Pékin lors de la conclusion d'un accord inédit avec la Chine, engagements chiffrés à l'appui, à l'approche de la conférence internationale sur le climat prévue en décembre à Paris. Pékin s'est engagé sur un «pic» de ses émissions (date à partir de laquelle elles cesseront d'augmenter) à l'horizon 2030.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer