L'intrus de la Maison-Blanche plaide coupable

Deux agents des services secrets en uniforme patrouillent... (Photothèque Le Soleil)

Agrandir

Deux agents des services secrets en uniforme patrouillent devant la Maison-Blanche.

Photothèque Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Agence France-Presse
Washington

L'homme qui avait réussi à s'introduire au sein de la Maison-Blanche en septembre a plaidé coupable vendredi devant une juge de Washington d'intrusion au sein d'un édifice protégé en portant une arme dangereuse, selon le document judiciaire.

Dans la soirée du 19 septembre 2014, Omar Gonzalez, ancien militaire de 43 ans muni d'un couteau pliable dans sa poche, avait grimpé par-dessus la grille nord de la Maison Blanche puis parcouru plus de 60 mètres sur la pelouse avant de réussir à entrer par la porte principale au rez-de-chaussée de la résidence du président. Il avait traversé plusieurs salles avant d'être finalement maîtrisé et arrêté.

Il a plaidé coupable vendredi devant la juge fédérale Rosemary Collyer d'«intrusion illégale dans un édifice protégé tout en portant une arme meurtrière ou dangereuse» ainsi que d'«agression» d'agents du Secret Service chargés de la surveillance de la Maison Blanche.

Selon le document consulté par l'AFP, Omar Gonzalez encourt entre 12 et 18 mois de prison et entre 3000 et 30 000 dollars d'amende. Sa peine sera annoncée le 8 juin à 14h, a annoncé la juge sur le site internet du tribunal. Omar Gonzalez est resté en détention dans l'attente de connaître sa peine.

Le président et sa famille venaient de quitter la Maison Blanche lorsque l'ancien militaire s'y est introduit, mais une polémique avait éclaté sur les failles des procédures de protection du président américain, provoquant l'ouverture d'une enquête et la démission de la directrice du Secret Service.

Le mois dernier, le président Obama a nommé Joseph Clancy pour remplacer la directrice démissionnaire à la tête du Secret Service.

Joseph Clancy, alors directeur par intérim, avait qualifié cette intrusion à la Maison Blanche de «tout simplement inexcusable».

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer