Le roi du «revenge porn» plaide coupable

Hunter Moore, 28 ans, risque jusqu'à sept ans... (PHOTO TIRÉE DE TWITTER)

Agrandir

Hunter Moore, 28 ans, risque jusqu'à sept ans de prison pour son implication dans Isanyoneup.com, un site qui permettait aux amants éconduits de diffuser des photos pornographiques de leurs anciennes petites amies, sans leur consentement.

PHOTO TIRÉE DE TWITTER

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
LOS ANGELES

Le cerveau d'un site américain de «revenge porn», qui consiste à diffuser sur l'internet des photos pornographiques d'ex-petites amies, a plaidé coupable de piratage informatique et de vol d'identité dans le cadre d'un accord avec le bureau du procureur fédéral de Los Angeles.

Hunter Moore, 28 ans, risque jusqu'à sept ans de prison pour son implication dans Isanyoneup.com, un site qui permettait aux amants éconduits de diffuser des photos pornographiques de leurs anciennes petites amies, sans leur consentement.

«C'est ici que les «ex» assoiffés de revanche viennent pour calmer leurs esprits», avait expliqué le jeune homme lors d'une interview accordée à la chaîne ABC en 2012.

Dans un document de 20 pages déposé mercredi, le bureau du procureur explique qu'Hunter Moore a accepté de plaider coupable de piratage informatique et de vol aggravé d'identité.

Il accepte aussi de n'utiliser un ordinateur qu'avec l'autorisation d'un contrôleur judiciaire et de ne pas entrer en contact avec les victimes dont les témoignages ont mené à son inculpation.

Le FBI (police fédérale) avait ouvert une enquête lorsqu'une jeune actrice nommée Kayla Laws avait retrouvé des égoportraits (selfies) d'elle-même nue sur le site Isanyoneup.com, alors qu'elle pensait avoir mis les clichés en sécurité sur son compte de courriel.

Sa mère Charlotte Laws avait ensuite appelé sur Twitter toutes les victimes de Hunter Moore et de son site à se manifester.

Isanyoneup.com attirait quelque 350 000 visites quotidiennes jusqu'à sa fermeture en avril 2012. Pour le mettre hors ligne, Bullyville, un site qui milite contre le harcèlement sur l'internet, l'avait acquis de façon anonyme.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer