Eric Holder favorable à un moratoire sur les exécutions

Le ministre de la Justice Eric Holder.... (PHOTO ARCHIVES AP)

Agrandir

Le ministre de la Justice Eric Holder.

PHOTO ARCHIVES AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
Washington

Le ministre américain de la Justice Eric Holder a souhaité mardi, à titre personnel, un moratoire sur les exécutions dans l'attente d'une décision de la Cour suprême sur la constitutionnalité de l'injection létale.

Dans l'une de ses dernières interventions en tant que membre du gouvernement Obama, le ministre démissionnaire a rappelé son opposition à la peine capitale, en soulignant que «le pire des cauchemars» était de voir une personne innocente exécutée.

Il a qualifié d'«approprié» un moratoire sur toutes les exécutions, en attendant que la Cour suprême examine fin avril la constitutionnalité de la procédure d'injection létale qui a conduit récemment à la mort accompagnée de souffrances de plusieurs condamnés à mort.

Après ces exécutions controversées, le président Barack Obama avait demandé à son ministère de la Justice de revoir en profondeur les procédures d'injection.

«Ce travail est toujours en cours», a déclaré M. Holder, «malheureusement, il ne sera pas terminé sous mon mandat de ministre de la Justice.»

M. Holder quittera ses fonctions dès que la nomination de Loretta Lynch, sera confirmée au Sénat pour prendre sa succession.

«Notre système judiciaire est le meilleur du monde (...) mais il y a toujours la possibilité de faire une erreur, pour cette raison je suis opposé à la peine de mort», a ajouté M. Holder qui a pourtant requis la peine capitale fédérale contre l'auteur présumé des attentats de Boston.

«C'est une chose de mettre quelqu'un en prison pour une longue période (...) c'en est une autre d'être incapable de corriger une erreur», a-t-il encore ajouté.

Il a précisé qu'il n'était pas d'accord avec le juge de la Cour suprême Antonin Scalia qui a dit que «cela ne s'était jamais produit dans l'histoire».

La haute Cour s'est saisie de la plainte de trois prisonniers de l'Oklahoma et a suspendu les exécutions, uniquement dans cet État, dans l'attente de sa décision, sans doute fin juin.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer