Un policier de New York inculpé pour la mort d'un Noir non armé

La mort d'Akai Gurley s'est produite dans un... (Photo: AP)

Agrandir

La mort d'Akai Gurley s'est produite dans un contexte de tensions particulièrement exacerbées aux États-Unis après la multiplication de bavures policières à l'encontre de Noirs.

Photo: AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Agence France-Presse
New York

Un policier de New York a été inculpé mercredi d'homicide involontaire pour la mort d'un homme noir non armé de 28 ans abattu en novembre à Brooklyn, un quartier de New York, qui avait été qualifiée «d'accident» par les autorités.

Akai Gurley, père d'une fillette, a été tué dans la cage d'escalier mal éclairée d'une HLM de Brooklyn le 20 novembre au soir par un policier d'origine asiatico-américaine fraîchement entré dans les forces de l'ordre, Peter Liang.

Bill Bratton, chef des forces de l'ordre new-yorkaises, avait souligné dès le lendemain qu'il s'agissait d'un «coup de feu accidentel» et que la victime était totalement innocente.

Un grand jury a décidé d'inculper le policier de six chefs d'accusation: homicide involontaire, homicide par négligence, agression, mise en danger d'autrui par négligence et deux chefs de faute professionnelle.

Un grand jury est une assemblée de citoyens américains chargés de décider ou non d'une inculpation sur la base des éléments de l'enquête.

Peter Liang a plaidé non coupable aux six chefs d'accusation lors d'une audience mercredi, et a été libéré sans caution.

Ken Thompson, procureur du district de Brooklyn, a indiqué que plusieurs dizaines de personnes ont été interrogées dans le cadre de l'enquête.

«Nous ne pensons pas que le policier Liang avait l'intention de tuer M. Gurley, mais il avait le doigt sur la détente et il a actionné son pistolet», a relevé le procureur, ajoutant que M. Liang risquait au maximum 15 ans de prison en cas de condamnation.

Gurley avait opté pour les escaliers car l'ascenseur prenait trop de temps à arriver. Peter Liang et son partenaire effectuaient une patrouille de routine dans le bâtiment, qui avait connu peu auparavant des actes criminels et des homicides.

L'éclairage ne fonctionnait pas entre les 7e et 8e étages, plongeant la cage d'escalier dans une certaine obscurité, mais les policiers disposaient tous deux de torches.

Selon le New York Post, le policier qui a tiré la balle fatale avait envoyé un SMS à son syndicat et était resté injoignable pendant plus de six minutes, alors que sa victime agonisait dans les escaliers. Un voisin avait appelé une ambulance et Akai Gurley, atteint d'une balle dans la poitrine, avait été déclaré mort à son arrivée à l'hôpital.

Sa mort s'est produite dans un contexte de tensions particulièrement exacerbées aux États-Unis après la multiplication de bavures policières à l'encontre de Noirs.

Des dizaines de milliers de personnes ont notamment protesté, avec parfois des émeutes, contre la décision de deux grands jurys dans des affaires similaires - Michael Brown à Ferguson et Eric Garner à New York - de ne pas poursuivre les policiers blancs impliqués.

Deux policiers, Wenjian Liu et Rafael Ramos, ont été assassinés en pleine journée fin décembre dans leur voiture de patrouille par un jeune déséquilibré qui s'est ensuite donné la mort. Il avait évoqué ses intentions sur Instagram, faisant référence à Brown et Garner.

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer