Des démocrates boycotteront le discours de Nétanyahou au Congrès

Le démocrate Patrick Leahy, figure imposante du Sénat... (PHOTO MENAHEM KAHANA, ARCHIVES AFP)

Agrandir

Le démocrate Patrick Leahy, figure imposante du Sénat dont il fut le président pro tempore jusqu'en décembre, a annoncé dans un communiqué acerbe mardi qu'il n'assisterait pas au discours que M. Nétanyahou (ci-dessus) devrait consacrer à l'Iran et à son programme nucléaire controversé.

PHOTO MENAHEM KAHANA, ARCHIVES AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
WASHINGTON

Au moins deux sénateurs du groupe démocrate n'assisteront pas au discours du premier ministre israélien, Benyamin Nétanyahou, au Congrès américain le 3 mars, pour protester contre une invitation jugée trop politisée.

Le démocrate Patrick Leahy, figure imposante du Sénat dont il fut le président pro tempore jusqu'en décembre, a annoncé dans un communiqué acerbe mardi qu'il n'assisterait pas au discours que M. Nétanyahou devrait consacrer à l'Iran et à son programme nucléaire controversé.

Il doit s'exprimer devant les deux chambres du Congrès réunies, à l'invitation du président républicain de la Chambre des représentants, John Boehner.

La Maison-Blanche avait exprimé son exaspération de ne pas avoir été consultée en amont de l'invitation, et Barack Obama a souligné lundi l'inconvenance d'inviter un dirigeant étranger quelques semaines avant des élections, en l'occurrence les législatives israéliennes du 17 mars.

Surtout, l'exécutif y voit une tentative d'ingérence, en plein débat au Congrès sur l'opportunité de nouvelles sanctions contre l'Iran avant même la fin des négociations internationales sur le nucléaire.

Les dirigeants républicains «ont orchestré un coup de pub cavalier et de mauvais goût qui met dans l'embarras non seulement Israël, mais aussi le Congrès lui-même», a déclaré Patrick Leahy.

«La règle et la pratique non écrites ont longtemps été, depuis des décennies, qu'en matière de politique étrangère, nous parlons et agissons avec considération, d'une seule voix quand nous le pouvons, avec l'intérêt national des États-Unis comme priorité ultime, et en faisant attention aux conséquences imprévues d'actions unilatérales comme celle-ci», a poursuivi Patrick Leahy.

Lundi, le sénateur indépendant Bernie Sanders, membre du groupe démocrate, a indiqué qu'il n'irait pas écouter Benyamin Nétanyahou.

«Je n'irai pas, peut-être que je le regarderai à la télévision, mais en tout cas je n'irai pas», a-t-il dit lors d'une intervention à la Brookings Institution.

Le vice-président américain, Joe Biden, sera également absent, alors qu'il est généralement présent pour ce type de discours.

De nombreux autres élus, démocrates et républicains, ont en revanche confirmé leur présence.

Mais, signe du malaise créé par l'invitation, l'ambassadeur d'Israël aux États-Unis et le président du Parlement israélien, Yuli Edelstein, ont rencontré la semaine dernière plusieurs élus démocrates au Congrès, dont Nancy Pelosi, chef de groupe. Celle-ci sera bien présente, «si le discours a lieu», a précisé son porte-parole.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer