Un train percute une voiture près de New York: au moins 6 morts

Des centaines de passagers ont été évacués du... (PHOTO ANDREES LATIF, REUTERS)

Agrandir

Des centaines de passagers ont été évacués du train qui était parti de Grand Central Station, une gare située dans le centre de Manhattan, ont précisé à NBC New York les autorités ferroviaires Metropolitan transportation authority (MTA) qui gèrent la circulation des trains notamment à New York.

PHOTO ANDREES LATIF, REUTERS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Brigitte DUSSEAU
Agence France-Presse
NEW YORK

Les enquêteurs cherchaient mercredi à établir les causes d'un accident entre un train et une voiture qui a fait six morts et 15 blessés à un passage à niveau en banlieue nord de New York, le troisième accident sérieux sur ce réseau en quelques mois.

Le bilan avait initialement été établi à 7 morts et 12 blessés, avant d'être révisé mercredi à 6 morts et 15 blessés, dont sept dans un état grave, par le gouverneur de l'État de New York Andew Cuomo.

Parmi les victimes figure la conductrice de la voiture, un 4X4 qui se trouvait sur les rails, au passage à niveau situé à Valhalla, lorsque le train qui transportait environ 700 personnes sur l'une des lignes Metro North est arrivé aux alentours de 18 h 30 mardi soir.

Il était parti peu avant de la gare de Grand Central à Manhattan, située à 48 km au sud.

Selon le gouverneur, le réservoir à essence du 4X4, traîné sur environ 150 mètres, a explosé sous le choc, provoquant un incendie qui a détruit le véhicule et la voiture de tête du train.

Les télévisions locales ont montré des images spectaculaires du train en feu, surmonté d'une épaisse fumée noire.

Des passagers paniqués ont cherché à en sortir par tous les moyens, certains n'hésitant à casser les fenêtres.

«Je n'ai jamais rien vu de pareil», a déclaré sur NBC un de ces passagers Neil Rader.

Il s'agit du pire accident mortel de l'histoire de Metro North, le réseau ferré qui relie Manhattan aux banlieues nord de New York, et le troisième accident grave en deux ans.

Lacunes non corrigées 

Une équipe d'experts du NTSB, instance fédérale en charge de la sécurité des transports, est arrivée mercredi matin sur place. Ils comptaient interroger rapidement les conducteurs du train, et étudier l'équivalent des boîtes noires du train, pour connaître notamment sa vitesse. Les rails, la condition du train, le passage à niveau, la signalisation, feront également partie de l'enquête, a précisé dans une conférence de presse un responsable du NTSB, Robert Sumwalt.

Il a ajouté que le train, toujours sur les rails mercredi matin, serait déplacé dans l'après-midi, et que l'enquête sur place prendrait de cinq à sept jours.

Les lignes Metro North sont parmi les plus fréquentées aux États-Unis, transportant chaque jour environ 280 000 personnes.

En décembre 2013, quatre personnes avaient été tuées et 67 blessées, lorsqu'un train du réseau avait déraillé dans une courbe, dans le Bronx. Il roulait trois fois plus vite que la vitesse autorisée, son conducteur s'étant assoupi. Certains wagons s'étaient arrêtés à quelques mètres du fleuve Hudson.

En mai 2013, deux trains de passagers étaient aussi entrés en collision à Fairfield (Connecticut) faisant plus de 70 blessés.

«Metro North et la Metropolitan Transportation Autority ont encore beaucoup de travail à faire», en matière de sécurité, avait estimé en novembre dernier le NTSB, après avoir enquêté sur cinq accidents.

Il avait notamment souligné que «plusieurs problèmes de gestion de la sécurité étaient présents dans tous ces accidents», et affirmé que «des lacunes de sécurité» connues n'avaient pas été corrigées.



Les enquêteurs cherchaient mercredi à établir les causes d'un... (PHOTO AP) - image 3.0

Agrandir

PHOTO AP

Des images postées sur Twitter par des témoins montraient de hautes flammes s'échappant du train dont les voitures de tête étaient calcinées.

Justin Karack, 26 ans, un passager de la troisième voiture du train, a raconté au Wall Street Journal avoir senti un léger choc. Puis des gens ont commencé à arriver de la deuxième voiture, disant que ça sentait le gaz.

«Alors, j'ai commencé à bouger», a-t-il raconté. «Mais personne ne voulait crier "le train est en feu", parce que cela aurait provoqué la panique».

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer