Un débat républicain organisé par les milliardaires Koch

Trois sénateurs républicains, possibles candidats à la présidentielle... (PHOTO PHELAN M. EBENHACK, ARCHIVES AP)

Agrandir

Trois sénateurs républicains, possibles candidats à la présidentielle américaine de 2016, ont participé dimanche à un débat organisé par les milliardaires conservateurs Charles et David Koch (ci-dessus).

PHOTO PHELAN M. EBENHACK, ARCHIVES AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
WASHINGTON

Trois sénateurs républicains, possibles candidats à la présidentielle américaine de 2016, ont participé dimanche à un débat organisé par les milliardaires conservateurs Charles et David Koch, un premier rendez-vous officieux et inhabituel de la course à l'investiture.

Les frères Koch, sixièmes ex aequo du classement Forbes des Américains les plus riches, ont annoncé leur intention d'investir massivement dans la prochaine élection présidentielle pour promouvoir la cause conservatrice et «freiner la marche vers le collectivisme», en profitant de la récente déréglementation du financement électoral. Ils sont très courtisés par les candidats républicains de tout le pays, et vivement attaqués par les démocrates.

Ted Cruz... (PHOTO J. SCOTT APPLEWHITE, ARCHIVES AP) - image 2.0

Agrandir

Ted Cruz

PHOTO J. SCOTT APPLEWHITE, ARCHIVES AP

Fait rare, ils ont partiellement levé le secret entourant la conférence hivernale de leur entité Freedom Partners Chamber of Commerce, à Palm Springs, en Californie, réunissant donateurs et chefs d'entreprises. Sans autoriser la presse à venir sur place, l'organisation a envoyé aux journalistes un lien pour regarder sur l'internet un forum auquel étaient conviés les sénateurs Ted Cruz, Rand Paul et Marco Rubio, et animé par un journaliste de la chaîne ABC, Jonathan Karl.

Rand Paul... (PHOTO JOHN LOCHER, ARCHIVES AP) - image 3.0

Agrandir

Rand Paul

PHOTO JOHN LOCHER, ARCHIVES AP

Interrogés en toute fin de débat sur l'influence de l'argent sur la politique, les trois hommes ont invoqué le principe de liberté d'expression.

«J'admire Charles et David Koch, ce sont des hommes d'affaires qui ont créé des centaines de milliers d'emplois, et ils défendent les principes de l'économie de marché et ont enduré la calomnie avec sang-froid et grâce», a répondu Ted Cruz.

«Dépenser de l'argent dans des campagnes politiques est une forme d'expression politique protégée par la Constitution», a dit Marco Rubio.

Marco Rubio... (PHOTO J. SCOTT APPLEWHITE, ARCHIVES AP) - image 4.0

Agrandir

Marco Rubio

PHOTO J. SCOTT APPLEWHITE, ARCHIVES AP

Le débat, d'environ 80 minutes, a porté sur les affaires étrangères, la défense et la politique économique, avec un long chapitre consacré à la lutte contre la pauvreté, un thème relativement nouveau pour le parti républicain.

«Notre pays est divisé. Ceux qui ont les moyens vont très bien», a dit Ted Cruz, en évoquant les difficultés des ouvriers et la stagnation des salaires. «Les inégalités de revenus sont le symptôme d'un problème plus grand : l'inégalité des opportunités», a expliqué Marco Rubio.

«L'État est inefficace dans pratiquement tout ce qu'il fait», a déclaré Rand Paul, qui représente l'aile libertaire du mouvement conservateur.

Aucun républicain n'a encore formellement déclaré sa candidature à l'investiture, mais beaucoup devraient le faire d'ici le printemps. Le premier débat des primaires sanctionné par le parti aura lieu en août, diffusé sur la chaîne d'informations Fox News.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer