Obama soumis aux questions de vedettes de YouTube

Le président a été amené à parler de... (Photo AFP)

Agrandir

Le président a été amené à parler de l'utilisation de drones américains pour tuer des suspects d'actes terroristes, du harcèlement sur internet, de la censure en Chine et des droits de l'homme en Corée du Nord.

Photo AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
WASHINGTON

Une blogueuse, un cyber-divertisseur ayant un penchant pour le caritatif et une comédienne aux lèvres vertes ont constitué le trio de phénomènes de YouTube qui ont soumis jeudi le président américain Barack Obama à un feu de questions, parfois irrévérencieuses.

Bethany Mota, Hank Green et GloZell Green, qui cumulent plus de 1,5 milliard de vues sur YouTube, avaient été invités à discuter avec M. Obama après son récent discours sur l'état de l'Union prononcé mardi devant le Congrès.

Ce n'est pas la première fois que le président américain est interrogé sur le site de partage de vidéos, et il a déjà utilisé d'autres réseaux sociaux comme Facebook et Reddit pour diffuser son message auprès d'une large audience, sans le filtre des journalistes.

Il a ainsi été questionné sur ce qu'il voulait faire quand il était petit ou encore sur la légalisation du cannabis, avec un ton tantôt irrévérencieux tantôt flatteur.

Le président a été amené à parler de l'utilisation de drones américains pour tuer des suspects d'actes terroristes, du harcèlement sur internet, de la censure en Chine et des droits de l'homme en Corée du Nord.

L'entretien a parfois manqué de velouté.

Abordant le sujet des frères Fidel et Raul Castro, les maîtres de Cuba, l'auto-proclamée «Reine de Youtube» GloZell a fait un jeu de mot entre «dick» - qui signifie «bite» - et «dictateur», laissant le président sans réaction.

La jeune femme, qui se fait notamment remarquer sur YouTube en mangeant des cuillères entières de cannelle, s'est mise dans l'embarras en offrant au président du rouge à lèvres vert pour, a-t-elle dit, «sa première femme» avant de se reprendre en rectifiant par «première dame».

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer