L'US Air Force à la rescousse de ses pilotes de drones surmenés

Les pilotes de drones mènent depuis les États-Unis... (PHOTO ARCHIVES ASSOCIATED PRESS)

Agrandir

Les pilotes de drones mènent depuis les États-Unis des opérations de reconnaissance ou de frappe partout dans le monde, en particulier en Irak et en Syrie dans la guerre contre l'organisation de l'État islamique (EI).

PHOTO ARCHIVES ASSOCIATED PRESS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Agence France-Presse
Washington

L'armée de l'Air américaine a annoncé jeudi une série de mesures pour renforcer les effectifs de ses pilotes de drones, surmenés par un rythme de travail effréné, du fait notamment de la campagne aérienne américaine en Irak et en Syrie.

Ces pilotes sont dans une situation de «stress notable, du fait d'un rythme d'activité incessant», a souligné la secrétaire à l'US Air Force, Deborah Lee James dans une conférence de presse, au côté du chef d'état-major de l'armée de l'Air, le général Mark Welsh.

Ils travaillent 6 jours par semaine, 13 ou 14 heures par jour, a-t-elle indiqué.

Ils totalisent 900 à 1100 heures de «vol» par an en moyenne, contre 2 à 300 heures de vol pour un pilote d'avion. Et de plus, bon nombre d'entre eux s'approchent de la fin de leur contrat, ce qui risque de compliquer encore la situation, a expliqué Mme James.

Pour faire face à la situation, l'US Air Force a décidé de mobiliser des ressources de la Garde nationale et des réservistes. Elle compte rappeler des pilotes partis dans d'autres unités, et garder plus longtemps les pilotes actuellement en poste.

L'armée de l'Air a aussi décidé d'augmenter immédiatement une prime de vol pour les pilotes qui prolongent leur service, en attendant d'autres mesures d'incitation financière qui sont encore en préparation. La prime sera portée de 650 dollars à 1500 dollars, selon des chiffres fournis par le général Welsh.

Les pilotes de drones mènent depuis les États-Unis des opérations de reconnaissance ou de frappe partout dans le monde, en particulier en Irak et en Syrie dans la guerre contre l'organisation de l'État islamique (EI).

Le lancement de l'offensive contre l'EI à l'été 2014 a perturbé les plans de l'US Air Force, qui prévoyait dans son budget 2015 de réduire le nombre de drones en opération, a expliqué le général Welsh.

«Oui, nous avons remis en cause cette décision» de réduction, et «cela a exacerbé» le problème des effectifs, a-t-il indiqué. «Si nous avions réduit comme prévu, nous n'aurions pas de problème aujourd'hui», a-t-il dit.

Début janvier 2015, l'US Air Force utilisait environ 368 drones, dont 150 Predators (reconnaissance et combat), 178 Reapers (reconnaissance et combat) et 40 Global Hawk (reconnaissance), selon ses chiffres.

Dans un rapport interne de l'US Air Force cité par le site Daily Beast la semaine dernière, un chef militaire avertissait que la situation des drones avait atteint un point de rupture du fait du manque d'effectifs, et que l'armée de l'Air ne serait pas en mesure d'aligner les capacités de combat réclamées par le Pentagone pour 2015.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer