Alerte aux transmissions VIH après un tournage pornographique

En 2004, les autorités californiennes de la santé... (Photo: JAY DIRECTO, AFP)

Agrandir

En 2004, les autorités californiennes de la santé avaient proposé des mesures pour contrôler l'industrie pornographique, parmi lesquelles l'usage obligatoire du préservatif pendant les tournages, après que plusieurs acteurs eurent découvert qu'ils étaient séropositifs.

Photo: JAY DIRECTO, AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Associated Press
LOS ANGELES

Les autorités sanitaires de la Californie ont émis une alerte lundi, après avoir trouvé des preuves solides à l'effet qu'un acteur de film pour adultes avait contracté le VIH lors de relations sexuelles non protégées en tournage.

Le département de la santé publique a affirmé que l'acteur avait passé des tests de dépistage et que les résultats étaient positifs. Il avait eu des rapports non protégés avec plusieurs autres hommes lors de deux tournages distincts.

Les résultats des tests d'un acteur du second tournage sont également positifs. Selon le département de la santé, les résultats indiquent que le premier acteur a «probablement transmis» le VIH au second.

Il était impossible d'obtenir plus de détails sur l'enquête et les tests de laboratoire. L'alerte spécifie que les résultats d'un test de dépistage peuvent être faussement négatifs, si le test est fait peu de temps après la contamination.

Dans ce cas-ci, l'acteur et la compagnie de production croyaient qu'il était séronégatif durant le tournage, dit l'alerte. Peu après son test négatif, le taux de VIH dans son sang a augmenté rapidement, à un niveau où il pouvait infecter d'autres personnes.

Un groupe professionnel californien lié à l'industrie du cinéma pour adultes a refusé de commenter.

On ignore quelle compagnie est impliquée dans cette affaire, mais la transmission aurait eu lieu lors d'un tournage au Nevada.

Une ordonnance a été adoptée en 2012 par les citoyens du comté de Los Angeles pour exiger le port du condom durant les tournages. L'industrie pornographique a contesté cette réglementation, affirmant que cela nuirait au fantasme du film en soumettant le public à des inquiétudes réelles telles que les grossesses et les maladies transmissibles sexuellement. Une cour d'appel a toutefois maintenu l'ordonnance et conclut qu'elle ne violait pas le droit à la liberté d'expression.

Depuis, plusieurs compagnies de production pornographique ont déplacé les tournages à l'extérieur du comté. Le nombre de cinéastes ayant fait des demandes de permis dans le comté de Los Angeles est passé de 485 en 2012 à 40 en 2013.

La dernière infection au VIH en tournage confirmée remonte à 2004. L'industrie de la pornographie a depuis imposé des tests mensuels pour plusieurs maladies. L'an dernier, la fréquence des tests est passée à tous les 14 jours après qu'une actrice connue sous le nom de Cameron Bay eut contracté le VIH.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer