La Chambre des représentants autorise à nouveau l'oléoduc Keystone XL

Keystone XL relierait, sur un tracé d'environ 1900 km... (PHOTO DANIEL ACKER, Archives BLOOMBERG)

Agrandir

Keystone XL relierait, sur un tracé d'environ 1900 km dont 1400 aux États-Unis, l'Alberta au Nebraska, en plein centre des États-Unis.

PHOTO DANIEL ACKER, Archives BLOOMBERG

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
WASHINGTON

La Chambre des représentants américaine a voté vendredi pour autoriser l'oléoduc controversé Keystone XL, ardemment soutenu par le Canada, mais Barack Obama a laissé entendre qu'il pourrait opposer son veto si la mesure était finalement adoptée par le Sénat.

Les représentants ont voté par 252 voix contre 161, 31 démocrates ayant voté oui avec le groupe républicain unanime.

Le projet, déposé par la firme TransCanada et jugé prioritaire par le gouvernement canadien, est soumis à l'autorisation de l'exécutif américain. Mais, sous pression des démocrates et des ONG, Barack Obama n'a toujours pas tranché, six ans après le début des démarches et malgré la remise d'un rapport d'impact environnemental. Une procédure judiciaire est toujours en cours dans le Nebraska (centre), par où doit passer l'oléoduc, et l'administration veut en attendre l'issue avant toute décision.

En mai 2013, quand les républicains de la Chambre avaient déjà tenté d'autoriser unilatéralement le projet, par la voie législative, la Maison-Blanche avait fait savoir que le président opposerait son veto. Tout indique que la menace reste d'actualité.

«Ma position n'a pas changé, il y a un processus qui doit être suivi», a déclaré Barack Obama vendredi à Rangoun, en Birmanie. «Je pense qu'il ne faut pas court-circuiter ce processus».

Il a aussi souligné que Keystone XL ne représentait pas la manne d'emplois promise par ses partisans, ni ne contribuerait à faire baisser les prix de l'essence aux États-Unis.

Ce projet «permettra au Canada de pomper du pétrole, de l'envoyer à travers notre territoire jusqu'au Golfe, où il sera vendu partout ailleurs», a-t-il dit. «Cela n'a aucun impact sur les prix de l'essence».

Les démocrates sont majoritairement opposés au projet, qui doit relier les sables bitumineux de l'Alberta aux raffineries américaines du Golfe du Mexique, grâce à 1900 kilomètres d'un nouveau tracé devant aboutir dans le Nebraska. Ils s'inquiètent des risques de fuites et sont généralement hostiles au développement des énergies fossiles en raison de leur impact sur le changement climatique.

Pour les républicains, qui contrôleront les deux chambres du Congrès à partir de janvier, Keystone XL concrétise leur volonté de miser sur le boom des énergies fossiles en Amérique du Nord pour créer des emplois et rapprocher les États-Unis de l'indépendance énergétique.

Barack Obama «continue de bloquer le projet, ainsi que les nouveaux emplois, les coûts inférieurs et la sécurité énergétique accrue qu'il nous fournirait», a déclaré John Boehner, président républicain de la Chambre.

La décision des républicains de revoter, annoncée dans la précipitation mercredi, était motivée par des objectifs électoraux. Le vote doit donner un coup de pouce au représentant républicain Bill Cassidy, qui tente de se faire élire au Sénat dans l'État de Louisiane (sud), où l'industrie pétrolière est primordiale. La mesure porte son nom.

Il fait face, lors d'un second tour le 6 décembre, à la sénatrice démocrate sortante Mary Landrieu, qui a soudain réussi à obtenir de son groupe l'organisation d'un vote sur Keystone XL mardi prochain, après des années de blocage au Sénat.

La mesure devra y rassembler 60 voix sur 100 pour être adoptée. Les 45 sénateurs républicains y sont favorables, et Mary Landrieu devra donc convaincre au moins 14 autres démocrates de les rejoindre. Au moins 13 auraient déjà apporté leur soutien, selon un décompte de médias américains.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer