Le suspect du meurtre d'un policier accusé de «terrorisme»

Eric Frein, âgé de 31 ans, a été... (Photo archives AP)

Agrandir

Eric Frein, âgé de 31 ans, a été traqué pendant des semaines car il était soupçonné d'avoir abattu par arme à feu le policier d'Etat Bryon Dickson II et d'avoir blessé un second policier le 12 septembre.

Photo archives AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Agence France-Presse
NEW YORK

Un homme soupçonné d'avoir tué un agent de la police d'État de Pennsylvanie (est), qui avait été capturé fin octobre après six semaines d'une vaste chasse à l'homme, a été inculpé de «terrorisme» en plus d'autres chefs d'accusation, selon un document déposé jeudi auprès de la justice.

Eric Frein, âgé de 31 ans, a été traqué pendant des semaines car il était soupçonné d'avoir abattu par arme à feu le policier d'Etat Bryon Dickson II et d'avoir blessé un second policier le 12 septembre. Poursuivi par des centaines de policiers et de membres d'agences fédérales, il a finalement été capturé le 30 octobre.

A l'origine, la police avait inculpé celui qui est décrit par les médias américains comme un survivaliste, sniper autodidacte ayant un fort ressenti à l'égard des forces de l'ordre, de plusieurs chefs d'accusation tels que «meurtre au premier degré», «tentative de meurtre au premier degré» et «meurtre d'un agent de sécurité».

Mais une plainte complétée a été déposée jeudi, faisant état de deux nouveaux chefs d'inculpation pour «terrorisme» pour avoir voulu «influencer la politique du gouvernement» et pour avoir cherché à «peser sur la politique du gouvernement», selon une copie du document obtenue par l'AFP.

Ces deux nouvelles accusations ont été communiquées à Eric Frein lors d'une audience tenue par vidéo-conférence jeudi après-midi au tribunal du comté de Pike, situé à 200 kilomètres au nord de Philadelphie et à 136 kilomètres à l'ouest de New York.

Frein a expliqué aux policiers qui l'ont interrogé au sujet des raisons de son geste qu'il souhaitait «faire changer» les choses au sein du gouvernement mais que «voter était insuffisant car il n'y a personne qui en vaille la peine». Ses actes visaient à «réveiller le public».

Il avait été ajouté à la liste des 10 personnes les plus recherchées par le FBI après l'embuscade qu'il avait dressée près d'une caserne située à la frontière entre la Pennsylvanie, les États de New York et du New Jersey.

L'homme a été décrit comme un solitaire obnubilé par l'histoire militaire, fasciné par l'armée serbe et les groupes paramilitaires. Il a notamment participé et organisé des reconstitutions de batailles entre Serbes et Croates pendant la guerre de Bosnie dans les années 1990, selon les médias.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer