Delaware: à 4 ans, elle distribue de l'héroïne à l'école

La police avait été appelée lundi en milieu... (PHOTO GARY EMEIGH, AP/THE WILMINGTON NEWS-JOURNAL)

Agrandir

La police avait été appelée lundi en milieu de journée, après que des enseignantes du «Hickory Tree Child Care Center» de la ville de Selbyville, eurent découvert que plusieurs jeunes enfants avaient de petits sachets d'une poudre blanche inconnue.

PHOTO GARY EMEIGH, AP/THE WILMINGTON NEWS-JOURNAL

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Agence France-Presse
NEW YORK

Une mère américaine a été arrêtée et inculpée, après que sa fille de 4 ans eut distribué des petits sachets d'héroïne à ses amis à l'école maternelle, croyant qu'il s'agissait de bonbons, a-t-on appris mardi de la police du Delaware.

La police avait été appelée lundi en milieu de journée, après que des enseignantes du «Hickory Tree Child Care Center» de la ville de Selbyville, eurent découvert que plusieurs jeunes enfants avaient de petits sachets d'une poudre blanche inconnue. La police locale contactée est venue les récupérer, et les tests ont montré qu'il s'agissait d'héroïne.

La petite fille les avait apportés sans le savoir à l'école, dans un sac à dos que sa mère lui avait donné au dernier moment, le sien ayant été rendu inutilisable durant la nuit par un animal de la famille.

«Pensant qu'il s'agissait de bonbons, elle a commencé à les donner aux enfants de sa classe», a précisé la police de l'État dans un communiqué.

Aucun des sachets n'avait été ouvert lorsque les enseignantes les ont récupérés. Plusieurs des enfants qui les avaient manipulés ont été brièvement hospitalisés par précaution, mais ont pu rentrer chez eux.

Au total, 249 sachets d'héroïne, d'un poids total de 3,735 grammes se trouvaient dans le sac à dos.

La mère de la petite fille, Ashley Tull, 30 ans, a été inculpée de possession de drogue et mise en danger d'un enfant. D'autres chefs d'accusation pourraient suivre.

Ses trois enfants de 11, 9 et 4 ans ont été confiés à un proche, avec ordre qu'elle n'ait aucun contact avec eux.

Elle a été remise en liberté après versement d'une caution de 6000 $, toujours selon la police.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer