Débusquer les djihadistes aux États-Unis

Mcarthur McCain, un Américain de 33 ans participant... (PHOTOS ARCHIVES AFP)

Agrandir

Mcarthur McCain, un Américain de 33 ans participant au djihad en Syrie dans les rangs de l'État islamique, est mort au combat, fin août.

PHOTOS ARCHIVES AFP

Agence France-Presse
WASHINGTON

Les États-Unis vont lancer une nouvelle série de programmes pilotes pour repérer les djihadistes à travers le pays, a annoncé lundi le ministre de la Justice Eric Holder.

«Aujourd'hui, peu de menaces sont aussi imminentes que celles posées par l'extrémisme violent. Avec l'émergence de groupes comme l'État islamique (EI) et sachant que certains Américains essaient de rejoindre la Syrie et l'Irak pour participer aux combats, le département de la Justice répond de manière appropriée», a déclaré M. Holder, précisant que cette initiative était menée en coopération avec la Maison-Blanche, le Centre national antiterroriste et le département de la Sécurité intérieure.

«Nous devons être à la fois créatifs et agressifs contre l'extrémisme violent et combattre ceux qui prêchent l'intolérance, la division et la haine, pas seulement à l'intérieur de nos frontières, mais aussi avec nos partenaires internationaux», a-t-il ajouté.

Les États-Unis travaillent déjà avec d'autres pays pour «repérer les extrémistes américains qui rejoignent des groupes terroristes à l'étranger».

Ces programmes sont destinés à dresser un maillage au niveau local pour repérer au plus vite les éléments dangereux.

Le département de la Justice travaillera avec «les représentants des communautés, les autorités publiques de sécurité, les leaders religieux et les procureurs» dans de nombreuses villes à travers les États-Unis.

Ces responsables favoriseront l'engagement local et permettront de lutter contre les extrémistes en créant «un vaste réseau de partenariats entre les communautés», a encore dit M. Holder.

Celui-ci a rappelé que depuis 2012 les procureurs américains avaient participé à plus de 1700 événements ou réunions pour «favoriser la confiance et faciliter la communication» au niveau local.

«Nous ne devons jamais perdre de vue ce que les extrémistes craignent le plus : la force de nos communautés, notre respect inaltérable de l'égalité, des droits et des libertés civiles, et notre engagement permanent pour la justice, la démocratie et le respect de la loi», a-t-il conclu.

La CIA (l'agence américaine du renseignement) a estimé la semaine passée que l'EI comptait entre 20 000 et 31 500 combattants, dont 2000 Occidentaux. Parmi eux se trouverait une dizaine d'Américains, selon le Pentagone.

Le président Barack Obama présidera le 24 septembre une réunion au sommet du Conseil de sécurité de l'ONU consacrée à la menace des djihadistes étrangers opérant en Syrie et Irak.

La Maison-Blanche doit tenir aussi en octobre un sommet sur l'extrémisme et la radicalisation.




À découvrir sur LaPresse.ca

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer