L'Amérique ne veut pas s'engager militairement en Afrique

«Les États-Unis ne cherchent pas à militariser l'Afrique... (PHOTO CRAIG RUTTLE, ARCHIVES AFP)

Agrandir

«Les États-Unis ne cherchent pas à militariser l'Afrique ou à y maintenir une présence militaire», a indiqué mercredi Susan Rice, conseillère à la sécurité nationale de la Maison-Blanche.

PHOTO CRAIG RUTTLE, ARCHIVES AFP

Agence France-Presse
WASHINGTON

Les États-Unis ne veulent pas s'engager militairement en Afrique pour régler les conflits du continent, mais entendent renforcer leur aide aux forces internationales de maintien de la paix, a indiqué mercredi une haute responsable américaine, avant un sommet sans précédent USA/Afrique à Washington.

«Les États-Unis ne cherchent pas à militariser l'Afrique ou à y maintenir une présence militaire», a expliqué Susan Rice, conseillère à la sécurité nationale de la Maison-Blanche.

«Mais nous nous engageons à aider nos partenaires à faire face à ce qui menace notre sécurité», a-t-elle dit.

Mme Rice s'exprimait devant un centre de réflexion, United States Institute of Peace, qui accueillera à partir du 4 août un sommet réunissant la quasi-totalité de la cinquantaine de dirigeants africains.

Égrenant les points chauds du continent, des attaques du groupe islamiste armé Al-Qaïda au Maghreb islamique au Mali à celles de Boko Haram au Nigeria ou des shebab en Somalie et au Kenya, Mme Rice a promis que les États-Unis «redoublaient d'efforts pour former des forces de maintien de la paix professionnelles et efficaces».

La conseillère du président Barack Obama a affirmé que depuis que le chef de l'exécutif américain était au pouvoir «les États-Unis avaient contribué à hauteur de près de neuf milliards de dollars aux opérations de maintien de la paix des Nations unies en Afrique».

Et «depuis 2005, les États-Unis ont entraîné près d'un quart de million de soldats de maintien de la paix de 25 pays africains différents».

«Nous nous engageons à faire en sorte que les forces de maintien de la paix africaines puissent se déployer rapidement (...) pour sauver des vies et tenter d'éviter des interventions internationales plus coûteuses», a encore prévenu Susan Rice.

Très réticente à tout engagement militaire direct en Afrique, l'administration Obama pousse les pays et les institutions de la région, comme l'Union africaine, à mettre sur pied des forces de maintien de la paix, par exemple pour les conflits en Centrafrique, au Soudan du Sud ou en Somalie.




Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer