La «pollution porno» des rednecks

Le «rolling coal» consiste à laisser échapper intentionnellement... (Photo tirée de Twitter)

Agrandir

Le «rolling coal» consiste à laisser échapper intentionnellement une épaisse fumée noire des tuyaux d'échappement d'une camionnette munie d'un moteur diesel.

Photo tirée de Twitter

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Richard Hétu

Collaboration spéciale

La Presse

(NEW YORK) En tant que responsable d'un site internet consacré aux pick-up, Mark Williams n'a pas l'habitude de critiquer les passionnés de ce type de camions, qui sont légion aux États-Unis.

Mais il y a des limites. Et l'éditeur de PickupTrucks.com en a reconnu une récemment sous l'aspect d'un nouveau phénomène baptisé «rolling coal». L'expression fait référence à une pratique qui consiste à laisser échapper intentionnellement une épaisse fumée noire des tuyaux d'échappement d'une camionnette munie d'un moteur diesel.

À en croire leurs témoignages et vidéos publiés sur les réseaux sociaux, dont Facebook et YouTube, plusieurs proprios de pick-up s'adonnent à cette pratique pour exprimer leur opposition aux politiques vertes défendues par Barack Obama et ses alliés environnementalistes. Mais ils ne se contentent pas de polluer l'air. Sur la route, ils ciblent également piétons, cyclistes et conducteurs de Prius, prenant un malin plaisir à les envelopper de leurs émissions toxiques.

«Je suis prêt à mourir pour défendre la liberté d'expression de quiconque, mais ce genre de protestation ne sert la cause de personne», a déclaré à La Presse Mark Williams, un journaliste établi dans le sud de la Californie. «Si vous voulez défendre un point de vue politique, il y a de meilleures façons de le faire que de cracher dans l'atmosphère des substances chimiques dangereuses que tout le monde doit respirer et pas seulement les gens que vous n'aimez pas.»

Williams a exprimé ce point de vue dans un billet publié sur son site plus tôt cette semaine. Il n'a pas fait l'unanimité, loin de là.

«Il y a des choses beaucoup plus nuisibles à l'environnement que la fumée des moteurs diesel», a écrit un propriétaire de pick-up prénommé Robert en dénonçant les normes de l'Agence de protection de l'environnement pour réduire les émissions de CO2.

«Je suis un fan du «rolling coal»», a écrit un autre intervenant avant d'ajouter: «Le moteur diesel n'a pas été construit pour être propre.»

Le site Vocativ est l'un des premiers à avoir fait état du phénomène «rolling coal», le qualifiant de «pollution porno pour mecs avec pick-up». Dans un article publié à la mi-juin, il fait remonter cette pratique aux compétitions de «truck pulls», ces courses où des pick-up rivalisent de vitesse en tirant de lourdes charges.

Pour gagner de la puissance, des conducteurs ont commencé à modifier leurs camions afin d'augmenter la quantité d'essence entrant dans les moteurs. La fumée noire que crachent les tuyaux d'échappement est l'essence imbrûlée dans le processus. Aujourd'hui, des adeptes du «rolling coal» dépensent entre 500$ et 5000$ pour obtenir le même effet.

Le phénomène est peut-être marginal, mais Mark Williams craint qu'il ne prenne de l'ampleur et n'alimente certains stéréotypes concernant les propriétaires de pick-up.

«J'ai peur que les gens disent: «Regardez, c'est une bande de 'rednecks' et nous ne devons pas leur donner le respect qu'ils méritent peut-être»», a dit l'éditeur de PickupTrucks.com.

9
millions
Nombre approximatif de camions diesel en circulation aux États-Unis.
70%
Pourcentage des Américains qui approuvent les nouvelles normes de l'Agence de protection de l'environnement pour réduire les émissions des centrales à charbon.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer