Le musée du 11-Septembre, un lieu de «guérison et d'espoir»

En compagnie de l'ex-maire de New York Michael... (PHOTO KEVIN LAMARQUE, REUTERS)

Agrandir

En compagnie de l'ex-maire de New York Michael Bloomberg (à gauche), le président Obama regarde les portraits des victimes des attentats de 2001, à l'occasion de l'inauguration du musée du 11-Septembre, à New York, le 15 mai.

PHOTO KEVIN LAMARQUE, REUTERS

Agence France-Presse
NEW YORK

Autour de Barack Obama et des familles de survivants, New York a solennellement inauguré jeudi son musée du 11-Septembre, «lieu sacré de guérison et d'espoir» selon le président américain.

Treize ans après les attentats qui ont changé le cours de l'Histoire, plusieurs milliers de familles de victimes, de survivants, de membres des équipes de secours de l'époque, Bill Clinton et son épouse Hillary, Michelle Obama et des personnalités locales se sont réunis dans le musée souterrain, construit à la base même des tours du World Trade Center à Manhattan.

M. Obama a salué un musée «lieu sacré de guérison et d'espoir» et rendu hommage au «vrai esprit du 11-Septembre: l'amour, la compassion et le sacrifice».

«Ceux que nous avons perdus vivent en nous», la nation les honorera «maintenant et pour toujours», a déclaré le président.

«Rien ne peut nous briser, rien ne peut changer qui nous sommes en tant qu'Américains», a-t-il ajouté depuis l'impressionnant «Foundation Hall» en contrebas du musée.

La cérémonie, sobre, a duré une heure.

Auparavant, M. Obama avait visité le musée avec son épouse et Bill et Hillary Clinton, s'arrêtant notamment devant un camion de pompiers endommagé et un mur affichant la photo de chacune des victimes.

Ce musée sera «un marqueur sacré de notre passé», à la façon de Gettysburg (principal tournant de la guerre de sécession en 1863), Pearl Harbor et le mémorial du Vietnam, a pour sa part souligné l'ancien maire de New York Michael Bloomberg, également président du musée et du Mémorial du 11-Septembre.

Entre les intervenants officiels, plusieurs familles de victimes, parfois émues aux larmes, ont évoqué leur souvenir, une rescapée des tours a raconté son histoire, un pompier a souligné la solidarité qui s'était organisée après le drame.

Le musée, dont la construction difficile et plus longue que prévue a coûté 700 millions de dollars, sera ouvert 24 heures sur 24 pour six jours, aux seules familles, riverains et équipes de secours de l'époque. Il sera ouvert au public le 21 mai.

Hommage à chacune des 2983 victimes

Sa visite est une plongée forte en émotions, jusque dans les entrailles du World Trade Center (WTC).

Des dizaines de milliers de souvenirs de la journée du 11-Septembre y sont exposés, des objets, des photos, des documents sonores, des vidéos: d'une paire de chaussures portant toujours des traces de sang séché, à une partie de l'antenne de la tour Nord du WTC, en passant par les journaux télévisés de l'époque ou les messages déchirants collés un peu partout par les familles recherchant un frère, un père, une mère.

Hommage y est rendu à chacun des 2983 hommes, femmes et enfants tués le 11 septembre 2001 et aussi lors d'un premier attentat visant le WTC, le 26 février 1993 (six morts).

De nombreux enregistrements sonores sont bouleversants: messages laissés sur répondeur par les New-Yorkais prisonniers des tours en feu, où par les passagers du vol 93, avant que les terroristes ne fassent écraser l'avion à Shanksville (Pennsylvanie).

Mais le musée se veut aussi éducatif: une salle est notamment consacrée à l'explication du contexte, et notamment la montée en puissance d'Al-Qaïda, une autre aux conséquences des attentats.

Le musée, dont l'entrée coûte 24 dollars, répond à un «engagement, celui qu'une importante part de l'histoire américaine ne soit jamais oubliée», a déclaré jeudi son PDG Joe Daniels.

Le 11 septembre 2001, 19 terroristes d'Al-Qaïda avaient dans des attaques coordonnées précipité deux avions de ligne détournés contre les tours jumelles du WTC et un troisième contre le Pentagone à Washington. Un quatrième s'était écrasé dans un champ à Shanksville, les passagers ayant en vain essayé de lutter contre les terroristes.




À découvrir sur LaPresse.ca

  • Le 11-Septembre entre au musée

    États-Unis

    Le 11-Septembre entre au musée

    Il aurait dû ouvrir ses portes il y a trois ans. Mais, comme tout ce qui touche à la reconstruction de Ground Zero, le musée du 11-Septembre a fait... »

  • Le 11-Septembre entre au musée

    États-Unis

    Le 11-Septembre entre au musée

    Il aurait dû ouvrir ses portes il y a trois ans. Mais, comme tout ce qui touche à la reconstruction de Ground Zero, le musée du 11-Septembre a fait... »

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer