New York: moins de fouilles impromptues, promet le chef de police

Bill Bratton, 66 ans, a souligné qu'il avait... (PHOTO MIKE SEGAR, REUTERS)

Agrandir

Bill Bratton, 66 ans, a souligné qu'il avait une «opinion différente» de celle de son prédécesseur, Ray Kelly, sur la pratique controversée des fouilles impromptues de piétons.

PHOTO MIKE SEGAR, REUTERS

Agence France-Presse
NEW YORK

Le nouveau chef de la police de New York, Bill Bratton, a promis jeudi de réduire la pratique controversée des fouilles impromptues de piétons («stop and frisk»), largement utilisée dans la plus grande ville américaine pour lutter contre la criminalité.

Prenant ses fonctions à la faveur de l'arrivée à la mairie du démocrate Bill de Blasio, M. Bratton, 66 ans, a souligné qu'il avait à cet égard une «opinion différente» de celle de son prédécesseur Ray Kelly.

Soulignant que la criminalité était à un niveau «extraordinairement bas» à New York, il a indiqué qu'il pensait pouvoir réduire ces milliers d'interpellations annuelles, qui visaient très majoritairement des jeunes noirs et latinos, et obtenir «les mêmes résultats».

«Nous pouvons trouver le bon nombre pour avoir une ville sûre, ainsi que des communautés et une police qui se respectent», a-t-il ajouté, promettant «une collaboration jamais vue dans cette ville», entre la police et les New-Yorkais.

Réformer la pratique du «stop and frisk», contestée en justice, était l'une des promesses de campagne de Bill de Blasio.

En 2011, 685 724 New-Yorkais avaient été brièvement arrêtés et superficiellement fouillés, pour vérifier notamment qu'ils ne portaient pas d'armes. Quelque 87% étaient noirs et latinos, selon les statistiques officielles de la police, et 88% étaient innocents.

En 2012 ce chiffre est passé à 532 911, dont 89% d'innocents.

La pratique, défendue bec et ongles par Ray Kelly et l'ancien maire Michael Bloomberg, a très nettement diminué durant les trois premiers trimestres de 2013, à 179 063, un juge l'ayant déclarée inconstitutionnelle - une procédure en appel est en cours.

M. Bratton a cependant souligné que cette pratique était «un outil de base de la police».

Profil d'aigle et sourcils broussailleux, M. Bratton a été tour à tour chef de la police de Boston, de New York de 1994 à 1996, puis, entre 2002 et 2009, de Los Angeles.

Diriger à nouveau la plus importante force de police des États-Unis (35 000 personnes) est pour lui une sorte de retour aux sources. «Qui a dit que vous ne pouviez pas revenir à la maison», a-t-il déclaré au début de son intervention, après avoir prêté serment.

La criminalité a fortement baissé à New York ces dernières années, pour atteindre un plus bas en 2013 avec 333 meurtres, contre 419 l'an dernier, et 673 en 2000.




Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer