Les ovnis de la mythique Zone 51 n'étaient que des avions-espions

La ET Highway, qui borde la Zone 51,... (Photo Laura Rauch, AP)

Agrandir

La ET Highway, qui borde la Zone 51, base militaire longtemps restée secrète et devenue un mythe.

Photo Laura Rauch, AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Mathieu RABECHAULT
Agence France-Presse
Washington

Les apparitions d'ovnis dans le ciel du Nevada, à l'origine de la mythologie entourant la mystérieuse Zone 51, n'étaient en fait que des avions-espions U-2 testés sur cette base ultra-secrète, a révélé la CIA.

Les adeptes des théories de la conspiration vont être déçus et le fantasme alimenté par Hollywood du camouflage de l'existence d'extra-terrestres par le gouvernement américain en prend un coup: la zone 51 a servi aux tests du fameux avion-espion de la Guerre froide.

C'est un rapport officiel sur l'histoire du programme U-2 entre 1954 et 1974 rédigé par deux historiens de la CIA et récemment déclassifié qui lève le voile.

Tout au long des 400 pages de ce rapport, pas une mention de l'extra-terrestre de Roswell, dont l'ovni se serait écrasé au Nouveau-Mexique en 1947 et qui, selon la légende, aurait été ensuite caché et étudié dans la Zone 51.

En revanche, cette parcelle de désert du Mojave d'une vingtaine de kilomètres de long située au nord-ouest de Las Vegas est présentée comme le berceau de l'histoire de l'appareil de Gary Powers, le pilote abattu au-dessus de l'Union soviétique en 1960.

C'est en survolant ce territoire à bord d'un petit avion Beechcraft qu'un responsable de la CIA, Richard Bissell, avait repéré en avril 1955 ce qui ressemblait à une piste d'atterrissage située sur un lac salé appelé Groom Lake.

Le terrain était situé au nord-est d'une zone appartenant à un terrain d'expérimentation de la Commission à l'énergie atomique américaine (AEC), comme le montre une carte de la région dévoilée par la CIA.

Ce n'est pas la première fois que l'agence de renseignement reconnaît l'existence de la Zone 51. Dans un document déclassifié et mis en ligne sur internet en octobre 2012, un mémorandum datant de 1967 rédigé par le directeur de la CIA de l'époque, Richard Helms, évoque le déploiement depuis la Zone 51 de trois avions-espions au Japon pour des missions au-dessus du Vietnam.

«Comme un objet enflammé»

Dès le début des vols d'essais et d'entraînement en juillet 1955, «la haute altitude du U-2 a rapidement mené à un effet secondaire inattendu: l'augmentation phénoménale des signalements d'objets volants non identifiés (Ovnis)», relatent les auteurs de la CIA.

À l'époque, les appareils commerciaux volaient à une hauteur de 3000 à 6000 mètres. Les U-2 volaient eux à plus de 20 000 mètres.

«De tels signalements étaient très fréquents en début de soirée de la part de pilotes commerciaux volant d'est en ouest». Le soleil était alors bas sur l'horizon, leur appareil étant «dans l'ombre».

Si un U-2 volait dans les environs à haute altitude, le soleil se reflétait sur ses ailes argentées, ce qui «apparaissait pour le pilote commercial, 12 000 mètres plus bas, comme un objet enflammé», justifient-ils. Ce phénomène pouvait également être constaté du sol.

«À cette époque, personne ne soupçonnait que le vol habité était possible à 20 000 mètres, donc personne n'envisageait de voir un objet si haut dans le ciel», expliquent-ils.

En raison du caractère ultra-secret du programme U-2, les enquêteurs de l'Air Force chargés d'enquêter sur les signalements d'ovnis «ne pouvaient répondre à ceux qui leur écrivaient la vraie raison» de ces phénomènes, justifient les deux historiens.

Dans la Zone 51 même, la sécurité assurée par la CIA était draconienne afin de préserver le secret entourant les U-2, comme elle le sera plus tard pour les avions furtifs testés sur la base de Nellis toute proche.

«Pour ne pas éveiller l'attention», écrivent les auteurs, les employés de Lockheed, le constructeur de l'U-2, étaient ainsi convoyés sur la Zone 51 depuis leur usine de Burbank (Californie) le lundi matin et rentraient chez eux le vendredi soir. Aux heures où le trafic aérien était le plus dense.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1607523:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer