Marathon de Boston: «un acte de terrorisme», affirme Obama

«À chaque fois que des bombes sont utilisées... (PHOTO MANDEL NGAN, AFP)

Agrandir

«À chaque fois que des bombes sont utilisées pour viser des civils innocents, il s'agit d'un acte de terrorisme», a affirmé MBarack Obama.

PHOTO MANDEL NGAN, AFP

Partager

Sur le même thème

Agence France-Presse
Boston

Le président Barack Obama a qualifié mardi les attentats de Boston d'«acte de terrorisme» et concédé que les autorités américaines ne savaient pas encore si les auteurs de cet «acte odieux et lâche» étaient étrangers ou américains.

«À chaque fois que des bombes sont utilisées pour viser des civils innocents, il s'agit d'un acte de terrorisme», a affirmé M. Obama lors d'une courte intervention dans la salle de presse de la Maison-Blanche, en appelant ses compatriotes à la vigilance.

Le FBI enquêtera «jusqu'au bout de la Terre»

La police fédérale américaine a promis mardi qu'elle allait enquêter «jusqu'au bout de la Terre» pour trouver le ou les auteurs de l'attentat de Boston qui a fait lundi 3 morts et plus de 170 blessés, dont 17 sont dans un état critique.

«Notre enquête ne va certainement pas s'arrêter à la ville de Boston. Elle devrait s'étendre. Il s'agira d'une enquête mondiale. Nous allons aller jusqu'au bout de la terre pour identifier la ou les sujets qui sont responsables de ce crime ignoble et nous ferons tout ce que nous pourrons pour les traduire devant la justice», a déclaré l'agent du FBI Rick DesLauriers lors d'une conférence de presse.

«Nous sommes actuellement en train d'interroger une grande variété de témoins», a-t-il ajouté.

M. DesLauriers a en outre précisé que le FBI ne disposait pas d'informations sur d'éventuelles menaces avant le marathon.

«Je n'ai pas connaissance d'informations de menaces antérieures au marathon», a-t-il affirmé.

Aucune autre menace n'a non plus été identifiée dans la ville au lendemain de la double explosion, a ajouté M. DesLauriers. Les investigations se poursuivent en différents points de la ville, mais «il n'y a pas d'autres menaces connues», a-t-il déclaré.

Le gouverneur de l'État du Massachusetts, Deval Patrick, a quant à lui, tenu à préciser que deux bombes seulement avaient explosé lundi, et qu'aucun autre engin explosif n'avait été retrouvé.

«Il est important de clarifier le fait que deux engins explosifs seulement ont été trouvés hier» près de la ligne d'arrivée du marathon annuel de Boston et qu'aucun autre engin explosif n'a été retrouvé par la suite, a-t-il déclaré lors de la même conférence de presse.

Le chef de la police Ed Davis a donné pour sa part un nouveau bilan des victimes. «À ce stade, 176 personnes ont été traitées dans les hôpitaux de la région. (...) 17 de ces personnes sont dans un état critique, en plus des trois morts», a-t-il déclaré.

Les drapeaux en berne 

Le président Barack Obama a donné l'ordre de mettre les drapeaux en berne sur les édifices publics américains jusqu'à samedi soir, en hommage aux victimes des attentats de Boston, selon un décret publié mardi par la Maison-Blanche.

«En témoignage de respect pour les victimes des actes de violence insensés perpétrés (lundi) à Boston (...) j'ordonne que le drapeau américain soit mis en berne sur la Maison-Blanche et sur tous les bâtiments et terrains publics», a précisé M. Obama dans ce texte.

Le décret, qui précise que cette mise en berne se poursuivra jusqu'à samedi au crépuscule, concerne aussi les pavillons des bâtiments de la marine et les drapeaux des postes diplomatiques et bases militaires américains dans le monde entier.

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1607523:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer