Ouragan Sandy: le Congrès consent à voter une aide partielle

Plus de deux mois après l'ouragan Sandy, qui a tué des dizaines de ... (Photo: AFP)

Agrandir

Photo: AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
Washington

Plus de deux mois après l'ouragan Sandy, qui a tué des dizaines de personnes et endommagé des milliers de bâtiments dans le nord-est des États-Unis, les républicains du Congrès ont consenti vendredi à voter un premier fonds d'aide aux sinistrés.

La Chambre, à majorité républicaine, puis le Sénat ont adopté à une très forte majorité un texte qui augmente un fonds d'assurance inondations pour venir en aide aux personnes frappées par Sandy. Mais la mesure, de 9,7 milliards de dollars, n'est qu'une portion du texte de 60,4 milliards voté par le Sénat le 28 décembre.

Les républicains conservateurs se plaignent de la facture totale, alourdie selon eux par des subventions et aides n'ayant pas de lien direct avec Sandy, par exemple pour des mises à niveau non urgentes, ou des installations loin du nord-est, «jusqu'en Alaska», a relevé vendredi lors des débats un représentant de Californie, Darrell Issa.

À l'heure de l'austérité, ce nouveau chèque de 60 milliards était taxé d'irresponsable par les conservateurs du parti, déjà fâchés de l'accord budgétaire conclu avec les démocrates et Barack Obama et voté par la Chambre le 1er janvier.

Mais le tollé suscité dans l'opinion publique a forcé le patron républicain de la Chambre, John Boehner, à faire marche arrière et à programmer le vote de vendredi. Le reste des 60 milliards atteindra l'hémicycle le 15 janvier et donnera lieu à de dures négociations pour en raboter le total.

«Les fonds pour Katrina ont été votés en moins de deux semaines. Nous attendons depuis 11 semaines», a déploré l'élue démocrate de l'État de New York Carolyn Maloney vendredi, peu avant le vote.

«Cette mesure est vitale, nous ne demandons pas l'aumône, ce n'est pas une faveur que nous vous demandons», a renchéri le républicain Peter King, élu de Long Island.

Mais l'inertie de la Chambre fait que le texte voté au Sénat en 2012 a expiré automatiquement mercredi, fin de la législature précédente. La nouvelle législature, qui a commencé jeudi, remet les compteurs à zéro et force le Sénat à revoter sur le texte à la suite de la Chambre.

Les sinistrés de Sandy devront donc encore attendre plusieurs semaines avant que l'aide fédérale se concrétise.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1607523:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer