San Francisco bannit la nudité publique

Partager

(Los Angeles) Depuis hier, il est interdit de se balader nu dans les rues, les parcs et les transports en commun de San Francisco.

À contrecoeur, le conseil municipal a adopté, à six voix contre cinq, un décret obligeant les gens à être vêtus. La question divisait les conseillers, qui y voyaient une atteinte au caractère libertaire et un peu farfelu du bastion progressiste de la côte Ouest.

«Durant plusieurs années, la présence de gens nus était rare, et personne n'en faisait grand cas, a expliqué hier Scott Wiener, conseiller du quartier Castro, qui a proposé le décret. Aujourd'hui, c'est sept jours sur sept. Des hommes nus montrent leurs parties génitales à tout le monde. C'est une situation qui est devenue extrême... Je vous garantis que d'autres quartiers auraient été moins patients que nous à Castro.»

M. Wiener affirme avoir proposé cette solution après avoir reçu de nombreuses plaintes des résidants du Castro District, le village gai de San Francisco.

«Certains nudistes disent que nous cherchons à brimer les droits des gais. Ce n'est pas le cas», a dit M. Wiener, lui-même ouvertement homosexuel.

L'ordonnance interdit aux gens d'exhiber leurs parties génitales dans les endroits publics. Une amende maximale de 100$ est prévue pour une première infraction. Ceux qui récidivent plus de trois fois pourraient se voir imposer une amende de 500$ et jusqu'à une année d'emprisonnement.

La loi prévoit une exception pour les «foires, défilés et festivals». Cela inclut le célèbre défilé de la fierté gaie. «La nudité publique fait partie de San Francisco et est acceptable en certaines circonstances», a dit le conseiller Scott Wiener.

Les conseillers qui ont voté contre ont dit agir pour «préserver le côté libre et éclectique» de San Francisco. «Qu'est-ce qui va venir ensuite? Pas de cheveux longs? Pas de boucle d'oreille dans le nez?», a lancé la conseillère Jane Kim, qui a voté contre le décret.

Selon Chris Zachos, résidant du quartier Castro à San Francisco, le décret «était probablement devenu nécessaire» depuis quelque temps.

«Au début, les gens nus me faisaient rire, ils étaient rares, dit-il en entrevue. Mais c'est devenu dérangeant. Un jour, j'ai vu un homme nu qui portait une casquette de police. Les policiers l'ont vu et lui ont dit: «C'est illégal de porter cette casquette.» Ils n'ont rien dit sur le fait qu'il était nu!»

M. Zachos a récemment écrit sur Facebook qu'il était contre le nudisme dans le quartier. Son billet a déclenché les passions. «La moitié de mes amis étaient d'accord avec moi. L'autre moitié disait que c'est Castro, que c'est un quartier libre. Il faut accepter qu'on repousse les limites.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer