Le calme après la tempête

Des Américains ont profité de la chute de... (Photo: AFP)

Agrandir

Des Américains ont profité de la chute de neige exceptionnelle pour faire un peu de ski devant le Capitole de Washington. 

Photo: AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Céline Loubette
Agence France-Presse
Washington

Le ciel bleu était de retour lundi sur la côte est des États-Unis après l'énorme tempête de neige du week-end, mais l'activité tournait au ralenti, en particulier autour de Washington, où les transports restaient chaotiques et les administrations fermées.

Après des chutes de neige historiques, qui ont vu s'accumuler jusqu'à 61 cm de poudreuse en Virginie, il ne neigeait plus lundi que dans certaines parties du Maine et de l'État de New York.

Dans la ville de New York elle-même, sous un grand beau temps, les rues étaient déblayées et les transports étaient redevenus normaux, y compris dans les aéroports où l'on ne notait aucun retard majeur. De même à Boston (Massachusetts, nord-est), les habitants vaquaient normalement à leurs occupations dans la neige et sous un ciel sans nuage.

En revanche, plus au sud, où les précipitations ont été plus abondantes et inhabituelles, le tableau était un peu différent.

À Washington, paralysée samedi et dimanche, toutes les administrations fédérales étaient fermées. Les fonctionnaires dont la présence n'était pas absolument nécessaire étaient excusés pour la journée et ceux pouvant travailler depuis chez eux étaient encouragés à le faire.

La météorologie nationale mettait en garde contre des conditions de circulation difficiles en Virginie, en Pennsylvanie et dans le Maryland (est), en particulier autour de Washington et Baltimore, en raison du verglas qui s'est formé à partir de la neige fondue puis à nouveau gelée.

Plusieurs accidents sur les autoroutes de la région ralentissaient la circulation en début de matinée.

Autour de Washington, les trois aéroports étaient rouverts mais les voyageurs étaient invités à vérifier l'horaire de leur vol auprès de leur compagnie aérienne, du fait de l'engorgement provoqué par les annulations massives du week-end. Seules trois des quatre pistes de l'aéroport international de Dulles étaient en service, occasionnant encore des retards. La télévision montrait des files d'attente importantes à Ronald Reagan, l'aéroport de la capitale réservé aux vols intérieurs.

Le réseau de transports publics de Washington assurait que toutes les stations de métro seraient en service dans la journée, qu'elles soient souterraines ou en plein air. Mais le réseau était encore loin de fonctionner normalement, malgré le travail d'équipes de nuit qui se sont employées à dégager les voies de surface prises par le gel.

Quant aux trains «ils continuent à fonctionner selon un horaire réduit» dans le nord-est du pays, selon la société Amtrak.

À quelques jours de Noël, la tempête a réduit à néant le chiffre d'affaires des commerces qui s'attendaient à leur plus gros week-end de l'année. Alors que les ventes sur Internet ont battu des records, beaucoup de magasins prévoyaient de rester ouverts tard cette semaine dans l'espoir de rattraper les clients perdus.

Un match de l'équipe de football américain de la capitale, les Redskins, était prévu lundi soir à 20H30 (01H30 GMT mardi) contre les Giants de New York et les organisateurs tentaient lundi matin de trouver un moyen d'évacuer les quelque 11 tonnes de neige qui recouvraient le stade, ne sachant guère où l'entreposer.

Une équipe de 1.200 personnes était à l'oeuvre et le site officiel des Redskins expliquait que des responsables avaient fait un stage la semaine passée à Buffalo (Washington, nord-est), une ville habituée aux fortes chutes de neige, pour y apprendre à mieux manier la pelle et dégager les sièges des spectateurs.




À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer