« L'amerrissage forcé contrôlé » est la seule théorie qui soit plausible

À Kuala Lumpur, une femme écrit un message... (PHOTO DAMIR SAGOLJ, REUTERS)

Agrandir

À Kuala Lumpur, une femme écrit un message d'espoir pour les passagers disparus du vol MH370 de Malaysia Airlines, le 16 mars 2014.

PHOTO DAMIR SAGOLJ, REUTERS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Vol MH370

International

Vol MH370

Disparu des radars en mars 2014 avec 239 personnes à bord, le vol MH370 de Malaysia Airlines parti de Kuala Lumpur pour Pékin ne s'est jamais rendu dans la capitale chinoise. Ayant changé son plan de vol et mis le cap vers l'ouest, le Boeing 777, dont on n'a toujours aucune trace, se serait abîmé dans l'océan Indien, selon les autorités malaisiennes. »

Agence France-Presse
MONTRÉAL

Quelqu'un pilotait jusqu'au tout dernier moment l'avion du transporteur aérien Malaysia Airlines qui est disparu dans l'océan Indien en mars 2014, affirme un expert canadien.

Larry Vance a déclaré à l'émission 60 Minutes - sur les ondes du réseau américain CBS, dimanche - que les preuves existent depuis le début et que la théorie de « l'amerrissage forcé contrôlé » est la seule qui soit plausible.

M. Vance avait notamment dirigé l'enquête sur l'écrasement du vol 111 de la Swissair, en 1998, pour le compte du Bureau canadien de sécurité dans les transports.

Un avion qui plonge soudainement d'une altitude de 10 000 mètres, a dit M. Vance, explose en frappant le sol ; l'appareil de la Swissair s'était ainsi désintégré en quelque deux millions de pièces, dont certaines qui ont flotté à la surface de l'eau pendant des semaines. Si le vol MH370 avait subi le même sort, explique-t-il, il devrait lui aussi s'être désintégré.

L'absence de débris, a poursuivi M. Vance, permet de conclure que le fuselage est demeuré essentiellement intact avant de couler.

Seulement deux débris ont été retrouvés jusqu'à présent: une portion d'aile appelée « flaperon » qui s'est échouée sur l'île de la Réunion il y a un an et une autre portion d'aile qui a été retrouvée en Tanzanie. Dans les deux cas, dit M. Vance, les dommages démontrent que l'arrière des ailes a été érodé par un contact brutal avec la surface de l'eau, ce qui se produirait si un pilote tentait de poser son appareil à la surface de la mer.

« Le flaperon avait été déployé pour un amerrissage forcé contrôlé, a conclu M. Vance. Il ne s'agit pas du tout du plus grand mystère de l'histoire de l'aviation moderne. »

Des enquêteurs australiens ont admis à 60 Minutes que les recherches pour retrouver l'avion se concentraient possiblement au mauvais endroit s'il a été piloté jusqu'à la toute fin.



Des responsables australiens ont confirmé la semaine dernière que le simulateur de vol retrouvé au domicile du capitaine du vol MH370 de la Malaysia Airlines a été utilisé pour planifier un itinéraire en direction du sud de l'océan Indien.

Le Boeing 777 et les 239 personnes qui se trouvaient à bord sont disparus le 8 mars 2014 lors d'un vol entre Kuala Lumpur et Pékin.

Des responsables ont prévenu la semaine dernière que les recherches pour retrouver l'avion seront suspendues au plus tard en décembre si aucun élément nouveau n'est retrouvé d'ici à ce moment.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer