Les recherches du vol MH370 se font au bon endroit

La disparition du MH370 a suscité une multitude... (PHOTO GREG WOOD, ARCHIVES AFP)

Agrandir

La disparition du MH370 a suscité une multitude de spéculations, mais les enquêteurs pensent que l'avion s'est écrasé quelque part dans le sud de l'océan Indien, après s'être retrouvé à court de carburant.

PHOTO GREG WOOD, ARCHIVES AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Vol MH370

International

Vol MH370

Disparu des radars en mars 2014 avec 239 personnes à bord, le vol MH370 de Malaysia Airlines parti de Kuala Lumpur pour Pékin ne s'est jamais rendu dans la capitale chinoise. Ayant changé son plan de vol et mis le cap vers l'ouest, le Boeing 777, dont on n'a toujours aucune trace, se serait abîmé dans l'océan Indien, selon les autorités malaisiennes. »

Agence France-Presse
SYDNEY

L'Australie a annoncé jeudi que de nouvelles données sur la disparition du vol MH370 confirmaient que les recherches qu'elle dirige se déroulent au bon endroit, laissant espérer qu'un jour l'épave sera retrouvée.

L'Australie a pris la tête des recherches pour tenter de retrouver le Boeing 777 de Malaysia Airlines. Celui-ci s'est volatilisé le 8 mars 2014 peu après son décollage de Kuala Lumpur pour Pékin, avec 239 personnes à bord, et se serait abîmé dans l'océan Indien.

Sur la base de relevés satellitaires sur la possible trajectoire de l'avion, qui avait dévié de son plan de vol, des bateaux explorent les fonds sous-marins au large de la côte ouest de l'Australie. Ils ont parcouru jusqu'ici 75 000 kilomètres carrés, sur une zone de recherches estimée à 120 000 km2, sans résultat.

Le vice-premier ministre australien Warren Truss a expliqué que le Groupe des sciences et de la technologie de l'armée australienne avait été chargé de croiser à nouveau toutes les données disponibles, afin d'être sûr que rien n'avait été mal interprété.

Ses conclusions, fondées sur des modèles de données Inmarsat de communications par satellite, de dynamique aéronautique et d'informations météorologiques, ont été rendues publiques jeudi.

«Les principaux résultats de ce travail supplémentaire valident ce qui a été jusqu'alors entrepris. Ils confirment que l'avion se trouve probablement quelque part dans ces 120 000 kilomètres carrés», a-t-il déclaré.

«Cela nous encourage et atteste que tous les efforts sont faits pour que les recherches soient bien orientées et, comme nous l'espérons, porteront un jour leurs fruits», a ajouté Warren Truss.

Trois navires continuent à parcourir la région, ce qui nécessite quatre jours de voyage aller et quatre jours retour dans des conditions difficiles entre le port de ravitaillement et la zone de recherches.

La disparition du MH370 a suscité une multitude de spéculations, mais les enquêteurs pensent que l'avion s'est écrasé quelque part dans le sud de l'océan Indien, après s'être retrouvé à court de carburant.

En juillet, un fragment d'aile de l'appareil, de deux mètres de long, a été retrouvé sur une plage de l'île française de La Réunion, apportant la première preuve tangible d'une fin de vol tragique.

Les experts considèrent cependant que seules une localisation de l'épave et une récupération des boîtes noires permettront de résoudre le mystère du MH370.

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer