La Réunion: aucun objet lié au vol MH370 trouvé

Lundi, une centaine de personnes ont participé à... (Photo Fabrice Wislez, AP)

Agrandir

Lundi, une centaine de personnes ont participé à «la fouille minutieuse» du littoral oriental de l'île de la Réunion.

Photo Fabrice Wislez, AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Vol MH370

International

Vol MH370

Disparu des radars en mars 2014 avec 239 personnes à bord, le vol MH370 de Malaysia Airlines parti de Kuala Lumpur pour Pékin ne s'est jamais rendu dans la capitale chinoise. Ayant changé son plan de vol et mis le cap vers l'ouest, le Boeing 777, dont on n'a toujours aucune trace, se serait abîmé dans l'océan Indien, selon les autorités malaisiennes. »

Agence France-Presse
Saint-André de La Réunion

Aucun objet en lien avec le vol MH370 n'a jusqu'à présent été découvert lors des recherches entreprises à La Réunion depuis vendredi, que ce soit en mer ou sur terre, a indiqué lundi la préfecture de l'île.

«Aucun débris en relation avec le MH370 n'a été prélevé», a annoncé la préfecture dans un communiqué. Des objets ont bien été repérés par le Casa, l'avion militaire affecté aux recherches au dessus de l'océan Indien, «mais après investigation par l'hélicoptère Panther de la marine nationale, aucun (débris) n'est apparu comme pouvant provenir d'un avion».

Basé au détachement militaire 181 à Sainte-Marie (nord de l'île), le Casa a effectué un total de 8 heures 30 de vol entre vendredi et dimanche et «l'ensemble de la zone de surveillance a été explorée», selon la préfecture.

Sur la même période, les hélicoptères de l'armée et de la gendarmerie ont volé 3 heures 30 et les vedettes de ces deux corps ont navigué pendant 6 heures 30. Ces investigations totalisent «18 heures 30 (...) pour 35 personnels» mobilisés.

En complément de ces recherches aériennes et maritimes, la police et la gendarmerie «ont actionné des patrouilles pédestres» pendant 40 heures sur le rivage nord-est, entre Saint-Denis et Saint-Benoît. 70 gendarmes et policiers ont été «engagés» dans ces recherches.

Comme l'avait annoncé jeudi le préfet de La Réunion, Dominique Sorain, les actions de recherches impliquant les forces armées de la zone sud de l'océan Indien, la gendarmerie et la police vont se poursuivre «durant la semaine» et «les différents types de surveillance continuent d'être déployés», a précisé la préfecture.

Lundi, une centaine de personnes, essentiellement des salariés d'associations de protection de la nature, ont participé à «la fouille minutieuse» du littoral oriental de l'île à la demande de la commune de Saint-André, où avait été retrouvé le fragment d'aile appartenant, selon la Malaisie, au MH370.

Les gendarmes, par groupes de 4 ou 5, ont continué leurs fouilles à pied et le Casa a effectué une nouvelle rotation au-dessus de la mer.

Ces recherches ont été lancées par l'État à la demande du gouvernement malaisien, après la découverte d'un morceau d'aile, un flaperon, sur le littoral de Saint-André, le 29 juillet. Ce débris a ensuite été identifié par la Malaisie comme appartenant au Boeing 777 du vol MH370, disparu le 8 mars 2014 alors qu'il effectuait la liaison Kuala Lumpur-Pékin avec 239 personnes à bord.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer