MH370: la Malaisie enverra des équipements supplémentaires

Un homme regarde des photos dans le cadre... (PHOTO LAI SENG SIN, AP)

Agrandir

Un homme regarde des photos dans le cadre d'une exposition consacrée au vol MH370 dans un centre commercial de Kuala Lumpur, dimanche.

PHOTO LAI SENG SIN, AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Vol MH370

International

Vol MH370

Disparu des radars en mars 2014 avec 239 personnes à bord, le vol MH370 de Malaysia Airlines parti de Kuala Lumpur pour Pékin ne s'est jamais rendu dans la capitale chinoise. Ayant changé son plan de vol et mis le cap vers l'ouest, le Boeing 777, dont on n'a toujours aucune trace, se serait abîmé dans l'océan Indien, selon les autorités malaisiennes. »

Sur le même thème

Agence France-Presse
KUALA LUMPUR

La Malaisie va envoyer des équipements supplémentaires pour la reprise, à la mi-août, des recherches de l'avion de Malaysia Airlines disparu en mars avec 239 personnes à bord, et dont le sort reste mystérieux, a indiqué dimanche le ministre de la Défense.

Un navire malaisien équipé d'un sondeur multifaisceaux, qui permet des relevés topographiques sous-marins, quittera la Malaisie le 4 août pour le sud de l'océan Indien, au large de la côte occidentale australienne, zone dans laquelle le vol MH370 s'est abîmé selon les experts.

L'entreprise nationale Petronas, avec les firmes privées Deftech et Phoenix International, vont déployer un sonar à antenne synthétique (SAS), a déclaré le ministre, Hishammuddin Hussein.

Le groupe de chantier naval malaisien Boustead Heavy Industries et iXBlue Australia enverront le sonar sous la mer grâce à un robot téléguidé.

Le vol MH370 a cessé tout contact avec les contrôleurs aériens une heure après avoir décollé de Kuala Lumpur le 8 mars au petit matin; il changé radicalement de plan de vol, virant vers l'ouest, alors qu'il était censé voler vers Pékin.

Aucune trace de l'appareil n'a été retrouvée. S'appuyant sur des données satellitaires, les enquêteurs estiment qu'il a volé en direction du sud de l'océan Indien, où il s'est abîmé une fois son carburant épuisé.

L'Australie, qui mène les recherches, a défini une nouvelle zone de recherche, de quelque 60 000 km carrés, où les opérations reprendront en août.

L'explication la plus crédible à cette mystérieuse disparition, selon les responsables chargés de l'enquête, est qu'une brusque chute du niveau de l'oxygène au sein de l'appareil a rendu l'équipage et les passages inconscients. L'avion aurait continué de voler en pilote automatique, jusqu'à sa chute en mer, faute de carburant.




la boite:1600127:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer