Disparition du vol MH370: une enquête pour homicide involontaire ouverte à Paris

L'ombre d'un P-3 Orion de la Royal New... (PHOTO ROB GRIFFITH, ARCHIVES AP)

Agrandir

L'ombre d'un P-3 Orion de la Royal New Zealand Air Force est aperçue à travers des nuages alors que l'avion participe aux efforts internationaux pour retrouver l'épave du vol MH370, le 31 mars, dans le sud de l'océan Indien.

PHOTO ROB GRIFFITH, ARCHIVES AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Vol MH370

International

Vol MH370

Disparu des radars en mars 2014 avec 239 personnes à bord, le vol MH370 de Malaysia Airlines parti de Kuala Lumpur pour Pékin ne s'est jamais rendu dans la capitale chinoise. Ayant changé son plan de vol et mis le cap vers l'ouest, le Boeing 777, dont on n'a toujours aucune trace, se serait abîmé dans l'océan Indien, selon les autorités malaisiennes. »

Agence France-Presse
PARIS

Le Parquet de Paris a ouvert mercredi une information judiciaire pour homicide involontaire après la disparition mystérieuse le 8 mars du vol MH370 de Malaysia Airlines, à bord duquel se trouvaient 239 personnes, a annoncé vendredi à l'AFP une source judiciaire.

L'enquête, confiée à un ou plusieurs juges d'instruction, a été ouverte, car quatre Français figuraient parmi les passagers de l'avion, qui n'a toujours pas été retrouvé à ce jour. Le parquet avait déjà lancé une enquête préliminaire le 11 mars, trois jours après la disparition de l'appareil, qui devait relier Kuala Lumpur à Pékin.

L'information judiciaire est ouverte pour «homicide involontaire par manquement délibéré à une obligation particulière de prudence ou de sécurité imposée par la loi ou le règlement», a précisé la source judiciaire.

Les Français disparus sont trois élèves du Lycée français international de Pékin et la mère de deux d'entre eux. Quelque 153 passagers sont des ressortissants chinois.

L'appareil pourrait avoir sombré dans l'océan Indien, mais des recherches massives n'ont pas permis jusqu'ici de trouver la moindre trace de l'éventuelle épave.

La semaine dernière, la Malaisie a publié un rapport préliminaire qui reconnaît la lenteur de la réponse des autorités le 8 mars dernier à la disparition mystérieuse de l'appareil. Il précise notamment que quatre heures se sont écoulées entre le moment où l'on a constaté la disparition de l'avion, vers 1 h 38 heure locale le 8 mars, et le moment où l'alerte a été officiellement lancée.

Le gouvernement malaisien a été fortement critiqué pour la manière dont il a communiqué au début de l'affaire.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer