Ebola: fin possible de l'épidémie au Liberia d'ici juin

Le Liberia a payé le plus lourd tribut... (Photo BAZ RATNER, reuters)

Agrandir

Le Liberia a payé le plus lourd tribut à cette épidémie d'Ebola, avec 3496 morts à ce jour.

Photo BAZ RATNER, reuters

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Virus Ebola

International

Virus Ebola

L'épidémie de fièvre hémorragique Ebola s'est déclarée au début de l'année 2014 en Guinée avant de gagner le Liberia puis la Sierra Leone. Le virus mortel touche de plus en plus de personnes. »

Agence France-Presse
WASHINGTON

L'épidémie d'Ebola qui frappe le Liberia, épicentre d'une flambée sans précédent de cette fièvre hémorragique, pourrait être finie d'ici juin avec un taux d'hospitalisation de 85% des malades et le maintien du niveau actuel de vigilance et de prévention, selon une étude.

«Il est possible d'atteindre cet objectif, mais cela n'est absolument pas certain», a estimé John Brake, un professeur adjoint à l'Université de Géorgie (sud-est), le principal auteur de cette étude parue mardi dans la revue américaine PLOS Biology.

«Il faut surtout maintenir le niveau actuel de vigilance et d'hospitalisation et continuer à pousser autant que l'on peut dans ce sens», a-t-il ajouté.

Les paramètres contenus dans le modèle informatique utilisé par ces chercheurs sont notamment le nombre de malades hospitalisés, de personnels soignants infectés, les taux de transmission à l'occasion de services funéraires durant lesquels les membres des familles et amis des défunts touchent et embrassent le corps, ainsi que l'efficacité relative des mesures de contrôle d'Ebola.

Ils ont utilisé des données de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) et du Ministère libérien de la santé couvrant la période du 4 juillet au 2 septembre 2014, qu'ils ont actualisées en décembre.

Pendant ces deux mois d'été, le Liberia a ajouté 300 lits d'hôpitaux et a commencé à adopter des pratiques funéraires plus sûres. Ces coutumes consistant à toucher le corps des morts ont été la principale source de transmission du virus Ebola en Afrique de l'Ouest, selon les autorités sanitaires.

Cette étude montre que «la réponse du gouvernement libérien et des groupes internationaux a fortement réduit la probabilité d'une épidémie massive», selon ces chercheurs.

Le Liberia a payé le plus lourd tribut à cette épidémie d'Ebola, avec 3496 morts à ce jour.

Au total, cette flambée d'Ebola d'une ampleur sans précédent qui a commencé fin 2013, a tué 8235 personnes sur plus de 20 000 qui ont été infectées par le virus, selon l'OMS. La plupart des cas sont concentrés dans trois pays d'Afrique de l'Ouest: le Liberia, la Guinée et la Sierra Leone.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer