Ebola: l'Union européenne sonne l'alarme à son tour

Un jeune garçon se couvre la bouche et... (PHOTO ABBAS DULLEH, ARCHIVES AP)

Agrandir

Un jeune garçon se couvre la bouche et le nez alors qu'il observe un homme prétendument atteint de l'Ebola couché à même le sol, dans une rue du centre de la capitale du Liberia, Monrovia, le 12 septembre.

PHOTO ABBAS DULLEH, ARCHIVES AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Virus Ebola

International

Virus Ebola

L'épidémie de fièvre hémorragique Ebola s'est déclarée au début de l'année 2014 en Guinée avant de gagner le Liberia puis la Sierra Leone. Le virus mortel touche de plus en plus de personnes. »

John-Thor Dahlburg
Associated Press
BRUXELLES, Belgique

Des milliers de médecins, principalement des épidémiologistes, et d'autres professionnels de la santé sont requis pour combattre l'épidémie de virus Ebola, ont averti mardi des dirigeants européens qui ont visité les trois pays d'Afrique de l'Ouest les plus touchés.

Le commissaire à la Santé de l'Union européenne, Vytenis Andriukaitis, a ajouté que les besoins englobent aussi des ambulanciers, des infirmières et des bénévoles de la santé.

Ces travailleurs sont nécessaires pour traiter les victimes, les identifier et les guider vers les cliniques, mais aussi pour former le personnel local, retracer les gens ayant été en contact avec les victimes et mettre en place des programmes d'éducation, a-t-il dit.

Les autres besoins pressants touchent des laboratoires mobiles, des pamphlets pour éduquer la population et des milliers de toilettes portatives pour améliorer les conditions d'hygiène et la salubrité de l'eau.

Le responsable de la lutte à l'Ebola pour l'UE, Christos Stylianides, a dit que cette aide est requise de toute urgence aujourd'hui et non demain.

Les dirigeants européens ont rencontré la presse à Bruxelles, après s'être rendus au Libéria, en Sierra Leone et en Guinée.

M. Stylianides a admis avoir été ébranlé par sa visite et que sa priorité est dorénavant de mettre sur pied un plan d'action européen. Ce plan détaillera combien de médecins, d'infirmières, d'hygiénistes et d'autres professionnels sont nécessaires en Afrique de l'Ouest, quelles compétences ils devraient posséder et de quelle formation ils auront besoin.

Après avoir rencontré les dirigeants des pays infectés, M. Stylianides s'est dit plus rassuré que les voyageurs qui quittent à destination de l'Europe ou d'ailleurs seront soigneusement triés pour tout symptôme d'Ebola.

«Nous allons combattre le virus à cet endroit, là où il s'est répandu, a-t-il dit. Nous ne devons pas lui permettre de s'échapper et de se propager à d'autres régions du monde.»

L'épidémie a déjà fait plus de 5000 morts.

M. Andriukaitis a dit qu'on devra améliorer les pratiques locales d'hygiène et les systèmes de santé pour y mettre fin.

La Sierra Leone a par ailleurs annoncé le décès d'un septième médecin infecté par l'Ebola. Le docteur Moses Kargbo était sorti de sa retraite pour lutter contre l'épidémie dans son pays. Son décès a été confirmé par le ministère de la Santé.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer