L'Ebola encore loin d'être vaincu

Le Dr Craig Spencer est sorti, hier, de... (PHOTO DON EMMERT, AFP)

Agrandir

Le Dr Craig Spencer est sorti, hier, de l'hôpital Bellevue de New York après avoir été déclaré complètement guéri de la fièvre Ebola.

PHOTO DON EMMERT, AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Virus Ebola

International

Virus Ebola

L'épidémie de fièvre hémorragique Ebola s'est déclarée au début de l'année 2014 en Guinée avant de gagner le Liberia puis la Sierra Leone. Le virus mortel touche de plus en plus de personnes. »

Le médecin américain qui avait contracté le virus Ebola en Guinée est sorti de l'hôpital new-yorkais où il était soigné, hier. Médecins sans frontières, pour qui il travaillait bénévolement, s'est réjoui de sa guérison, mais s'est bien gardé de crier victoire, rappelant que la bataille contre le virus est loin d'être gagnée.

«Il y a encore de nouveaux foyers d'infection, de nouvelles chaînes de transmission», rappelle la présidente internationale de Médecins sans frontières (MSF), la Québécoise Joanne Liu, que La Presse a jointe hier à Genève.

Elle rappelle que les autorités pensaient que le pire était passé quand le nombre de cas avait stagné en Guinée, au printemps, avant que deux nouvelles infections ne soient signalées et que l'épidémie ne reprenne de plus belle, frappant notamment du personnel soignant.

«Vu qu'il y a 21 jours d'incubation, on peut facilement être deux ou trois semaines sans voir de nouveaux cas et se penser au-dessus de nos affaires», prévient la Dre Liu, qui insiste sur l'importance de ne pas ralentir le déploiement des effectifs sur le terrain. «On est peut-être au début de prendre le dessus sur quelque chose, peut-être.»

«Q'un médecin guérisse à New York, ce n'est pas du tout un signe que ça va mieux en Afrique de l'Ouest.»

Joanne Liu
présidente internationale de Médecins sans frontières

Le Mali a d'ailleurs annoncé hier un nouveau cas suspect, plus de deux semaines après qu'une fillette a succombé au virus Ebola, dans l'ouest du pays. Les autorités n'ont toutefois pas précisé dans l'immédiat si la personne susceptible d'être atteinte faisait partie de la centaine qui a été placée sous surveillance après la mort de l'enfant.

Joanne Liu, qui se rendra de nouveau la semaine prochaine en Guinée, en Sierra Leone et au Liberia pour constater l'évolution de la situation et rencontrer les autorités, n'est pas totalement pessimiste. «On voit qu'il y a des avancées, dit-elle, évoquant la diminution du nombre de nouveaux cas signalés au Liberia. Mais encore là, ça ne veut pas dire que parce qu'il y a une diminution du nombre de cas qui arrivent dans nos centres de traitement, il y a moins de cas dans la communauté.»

New York «libre d'Ebola»

La guérison du médecin Craig Spencer a été annoncée en grande pompe, hier, à New York. Le maire Bill de Blasio l'a même embrassé, déclarant que New York était désormais «libre d'Ebola». Le jeune homme de 33 ans avait été hospitalisé quelques jours après être rentré de Guinée, où il avait séjourné durant cinq semaines pour le compte de Médecins sans frontières.

Sa guérison, comme celle des sept autres personnes hospitalisées aux États-Unis et qui ont vaincu le virus Ebola, ne doit cependant pas être vue comme un progrès, prévient Joanne Liu. «Si les États-Unis n'étaient pas capables de sauver un patient atteint d'Ebola, je me poserais des questions.»

La présidente de MSF y voit plutôt la preuve que les pays africains pourraient combattre le virus plus efficacement si on continue de les appuyer. «Ça démontre que si on ne met pas plus de moyens en Afrique de l'Ouest aujourd'hui pour atteindre des niveaux de soins optimisés [...], on n'arrivera pas à des résultats comme ça.»

Si la mobilisation internationale aide énormément, Joanne Liu souligne aussi «qu'aujourd'hui, sur la ligne de front, ce sont des Libériens qui traitent des Libériens, des Sierra Léonais qui traitent des Sierra Léonais, des Guinéens qui traitent des Guinéens. [...] Ils sont là depuis le début de l'épidémie. Les vrais héros, c'est quand même eux».

L'Ebola en chiffres

9

Il y a eu neuf cas d'Ebola aux États-Unis. Huit personnes ont survécu et une a succombé: le Libérien hospitalisé à Dallas en octobre, Thomas Eric Duncan.

4960

Nombre de personnes tuées dans le monde par le virus Ebola depuis le début de l'épidémie actuelle, en date du 4 novembre

357

Nombre de personnes toujours sous surveillance à New York parce qu'elles ont été en contact avec Craig Spencer, le médecin aujourd'hui guéri

13 300

Nombre de cas probables d'Ebola dans le monde depuis le début de l'épidémie actuelle, en date du 4 novembre

Sources: Organisation mondiale de la santé et Agence France-Presse

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer