Personnels de santé et Ebola: des précautions «excessives», déplore l'ONU

«Il y a certaines restrictions supplémentaires et discriminations... (PHOTO REMKO DE WAAL, ARCHIVES AFP/ANC)

Agrandir

«Il y a certaines restrictions supplémentaires et discriminations contre les personnels de santé qui ne sont pas nécessaires», selon l'ONU.

PHOTO REMKO DE WAAL, ARCHIVES AFP/ANC

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Virus Ebola

International

Virus Ebola

L'épidémie de fièvre hémorragique Ebola s'est déclarée au début de l'année 2014 en Guinée avant de gagner le Liberia puis la Sierra Leone. Le virus mortel touche de plus en plus de personnes. »

Agence France-Presse
VIENNE, Autriche

Les précautions auxquelles sont soumis les personnels de santé combattant l'Ebola à leur retour des zones infectées sont excessives, a dénoncé lundi le secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon.

«Il y a certaines restrictions supplémentaires et discriminations contre les personnels de santé qui ne sont pas nécessaires», a déclaré M. Ban lors d'une conférence à Vienne, rendant hommage à «ces gens qui risquent leurs vies».

Le secrétaire général des Nations unies a notamment cité «des quarantaines qui ne sont pas fondées sur des preuves scientifiques.»

Le récent placement en quarantaine d'une infirmière revenue de Sierra Leone et qui ne présentait aucun symptôme a créé une vive polémique aux États-Unis. Selon des experts, ces quarantaines sont contre-productives dans la lutte contre le virus.

Selon le dernier bilan publié le 31 octobre par l'Organisation mondiale de la santé (OMS), l'épidémie actuelle de fièvre Ebola a touché 13 567 personnes et fait 4951 morts.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer