Ebola: des infirmières américaines en grève pour plus de protection

Le gouvernement lancera une campagne d'éducation sur le... (Photo MIKE SEGAR, archives Reuters)

Agrandir

Le gouvernement lancera une campagne d'éducation sur le virus Ebola au cours du mois de novembre.

Photo MIKE SEGAR, archives Reuters

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Virus Ebola

International

Virus Ebola

L'épidémie de fièvre hémorragique Ebola s'est déclarée au début de l'année 2014 en Guinée avant de gagner le Liberia puis la Sierra Leone. Le virus mortel touche de plus en plus de personnes. »

Sur le même thème

Agence France-Presse
WASHINGTON

Un appel national à la grève a été lancé jeudi par le plus important syndicat d'infirmières aux États-Unis pour protester contre le refus des hôpitaux de mettre en place des mesures de protection suffisantes pour traiter des patients ayant Ebola.

«Étant donné le refus des hôpitaux dans le pays de prendre sérieusement en considération la nécessité de mettre en place des mesures de précaution maximale si un patient avec Ebola venait aux urgences, les infirmières doivent faire entendre leur voix un peu plus fortement», a déclaré dans un communiqué la responsable du syndicat, le National Nurse United (NNU), RoseAnn DeMoro.

Quelque 100 000 infirmières dans le pays, dont 50 000 en Californie, devraient participer à cette mobilisation les 11 et 12 novembre prochain, selon elle.

«L'une des principales actions sera l'arrêt de travail de deux jours de 18 000 infirmiers et infirmières travaillant dans 66 hôpitaux et cliniques du géant de la gestion hospitalière Kaiser Permanente», a précisé le syndicat.

Ce dernier veut que tous les hôpitaux adoptent «le niveau de sécurité le plus élevé» pour le personnel soignant avec des combinaisons recouvrant entièrement le corps et des respirateurs purifiant l'air.

Il réclame également une formation «continue et rigoureuse» au maniement de ces équipements et au protocole de soin des malades infectés par Ebola.

Ce virus se transmet par contact direct avec des fluides d'une personne infectée ce qui met les soignants particulièrement à risque.

Le syndicat se manifeste depuis début octobre après que deux infirmières d'un hôpital de Dallas (Texas) eurent contracté Ebola en soignant un Libérien tout juste rentré de son pays. Thomas Eric Duncan, premier patient à qui l'on a diagnostiqué cette infection aux États-Unis, est mort le 8 octobre.

Les deux infirmières, Amber Vinson et Nina Pham sont guéries, mais les autorités n'ont pas déterminé la façon dont elles avaient été contaminées.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer