En quarantaine, une infirmière du Maine sort faire du vélo

«Ils ne me laisseront pas quitter ma maison... (PHOTO WHITNEY HAYWARD, ARCHIVES AP/PORTLAND PRESS HERALD)

Agrandir

«Ils ne me laisseront pas quitter ma maison ni avoir de contact avec les gens, bien que je sois en pleine forme et n'aie aucun symptôme» d'Ebola, avait déclaré mercredi soir Mme Hickox sur le seuil de sa maison de Fort Kent, aux côtés de son compagnon.

PHOTO WHITNEY HAYWARD, ARCHIVES AP/PORTLAND PRESS HERALD

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Virus Ebola

International

Virus Ebola

L'épidémie de fièvre hémorragique Ebola s'est déclarée au début de l'année 2014 en Guinée avant de gagner le Liberia puis la Sierra Leone. Le virus mortel touche de plus en plus de personnes. »

Agence France-Presse
WASHINGTON

Une infirmière américaine revenue récemment de Sierra Leone, où elle avait soigné des malades de l'Ebola, et qui proteste contre sa mise en quarantaine dans le Maine, est sortie jeudi à vélo de sa maison.

Suivis par deux voitures de police, Kaci Hickox et son compagnon, casque sur la tête, sont sortis se promener à bicyclette sans dire un mot aux nombreux journalistes présents aux abords de leur maison.

> Réagissez sur le blogue de Richard Hétu

L'infirmière avait menacé mercredi soir de saisir la justice si l'État du Maine l'obligeait à rester en quarantaine alors qu'elle ne présente aucun symptôme de la maladie.

L'État du Maine veut que Kaci Hickox reste confinée chez elle encore 12 jours, soit jusqu'au terme de la période d'incubation de la maladie (de 21 jours).

«Ils ne me laisseront pas quitter ma maison ni avoir de contact avec les gens, bien que je sois en pleine forme et n'aie aucun symptôme» d'Ebola, avait déclaré mercredi soir Mme Hickox sur le seuil de sa maison de Fort Kent, aux côtés de son compagnon.

«Je ne veux pas rester ici et voir mes droits civiques violés alors que ce n'est pas fondé scientifiquement», a expliqué l'infirmière.

Le président américain Barack Obama a célébré mercredi les «héros» partis lutter contre l'épidémie d'Ebola, tentant de rassurer les Américains et de formuler une stratégie lisible face aux initiatives dispersées de certains gouverneurs - et du Pentagone - qui imposent des quarantaines aux personnes de retour d'Afrique de l'Ouest.

Le président Obama doit se rendre jeudi dans le Maine pour soutenir le candidat démocrate au siège de gouverneur, Michael Michaud.

Placée d'office en quarantaine vendredi à son arrivée dans le New Jersey alors qu'elle ne présentait aucun symptôme, cette infirmière avait affirmé avoir été traitée «comme une criminelle».

Face à la polémique, le gouverneur du New Jersey avait levé lundi sa quarantaine, qui lui a été en revanche imposée dans le Maine, où elle a sa résidence.

Mercredi, la Californie a imposé une quarantaine de 21 jours à toute personne revenant de l'un des pays touchés et ayant été en contact avec des malades d'Ebola.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer