Pas d'Ebola à bord d'un bateau de croisière américain

Le Carnival Magic de la compagnie Carnival Cruise a accosté... (PHOTO ANGEL CASTELLANOS, AP)

Agrandir

Le Carnival Magic de la compagnie Carnival Cruise a accosté à Galveston tôt dimanche matin avec plusieurs milliers de passagers à son bord.

PHOTO ANGEL CASTELLANOS, AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Virus Ebola

International

Virus Ebola

L'épidémie de fièvre hémorragique Ebola s'est déclarée au début de l'année 2014 en Guinée avant de gagner le Liberia puis la Sierra Leone. Le virus mortel touche de plus en plus de personnes. »

Sur le même thème

Agence France-Presse
WASHINGTON

Le navire de croisière américain sur lequel se trouvait une femme qui aurait pu être en contact avec le virus Ebola à Dallas est rentré dimanche au Texas, et les tests réalisés sur elles se sont avérés négatifs, ont rapporté des journalistes.

Le Carnival Magic de la compagnie Carnival Cruise a accosté à Galveston tôt dimanche matin avec plusieurs milliers de passagers à son bord, a indiqué Larry Seward, journaliste à la chaîne locale KHOU, sur Twitter.

Le bateau aurait dû faire escale au Mexique vendredi, mais les autorités portuaires de Cozumel lui ont refusé l'accès en raison de la présence à bord d'une laborantine d'un hôpital texan qui a pu être en contact avec les prélèvements biologiques du patient libérien mort du virus Ebola à Dallas le 8 octobre. Belize avait également refusé de l'accueillir, malgré un appel du secrétaire d'État John Kerry au premier ministre.

Par mesure de précaution, la passagère s'était isolée dans sa cabine.

Eric Lupher, un journaliste qui se trouve à bord du paquebot, a expliqué que le commandant de bord a informé l'équipage et les passagers que les tests sanguins réalisés sur la laborantine se sont révélés négatifs. «Les tests sont négatifs», a assuré le journaliste sur son compte Twitter.

Le bateau va maintenant être «nettoyé et désinfecté de fond en comble avant la prochaine croisière», a encore rapporté Larry Seward, le journaliste de KHOU.

La peur d'Ebola, qui a tué plus de 4500 personnes essentiellement en Afrique de l'Ouest, a poussé le président Barack Obama à demander aux Américains de ne pas «céder à l'hystérie ou à la peur», les appelant à se baser sur les faits.

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer