Londres introduit un dépistage des voyageurs dans des gares et aéroports

Ces contrôles consisteront à interroger les passagers sur... (Photo Luke MacGregor, Archives Reuters)

Agrandir

Ces contrôles consisteront à interroger les passagers sur leurs voyages récents et pourront aussi prendre la forme d'un contrôle médical.

Photo Luke MacGregor, Archives Reuters

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Virus Ebola
Virus Ebola

L'épidémie de fièvre hémorragique Ebola s'est déclarée au début de l'année 2014 en Guinée avant de gagner le Liberia puis la Sierra Leone. Le virus mortel touche de plus en plus de personnes. »

Sur le même thème

Agence France-Presse
LONDRES

Le Royaume-Uni a annoncé jeudi l'introduction d'un dépistage renforcé des voyageurs en provenance des pays affectés par l'épidémie d'Ebola dans certains de ses aéroports et gares ferroviaires.

«Le dépistage renforcé va dans un premier temps concerner les aéroports (londoniens, NDLR) de Heathrow et Gatwick et les terminaux Eurostar» pour les personnes en provenance du Libéria, de Sierra Leone et Guinée, a annoncé un porte-parole de Downing Street dans un communiqué.

Ces contrôles consisteront à interroger les passagers sur leurs voyages récents, les personnes avec lesquelles ils ont été en contact et la suite de leur voyage. Ils pourront aussi prendre la forme d'un contrôle médical, réalisé par du personnel médical et non par les services frontaliers.

Les passagers recevront aussi des conseils sur les mesures à prendre s'ils développent les symptômes plus tard, a détaillé le porte-parole du gouvernement britannique.

Cette annonce intervient alors que le cas d'une infirmière contaminée en Espagne a entraîné la demande de nouvelles mesures dans le pays, dans un premier temps exclues par le gouvernement.

«Ces mesures vont aider à améliorer notre capacité à détecter et isoler des cas d'Ebola. Néanmoins il est important de souligner que compte tenu de la nature de cette maladie, aucun système n'offrira 100% de protection des cas non-symptomatiques», a toutefois souligné le porte-parole.

Il a également déclaré que le risque pour le public restait «très bas» au Royaume-Uni, alors que l'inquiétude grandit à travers le monde face à la propagation de cette maladie que des spécialistes ont même comparé au Sida.

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer