Ebola en Espagne: 7 hospitalisations, un cas avéré

La malade est une aide-soignante de 44 ans... (Photo Andres Kudacki, AP)

Agrandir

La malade est une aide-soignante de 44 ans qui faisait partie de l'équipe ayant traité deux religieux espagnols contaminés par le virus en Afrique.

Photo Andres Kudacki, AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Virus Ebola
Virus Ebola

L'épidémie de fièvre hémorragique Ebola s'est déclarée au début de l'année 2014 en Guinée avant de gagner le Liberia puis la Sierra Leone. Le virus mortel touche de plus en plus de personnes. »

Sur le même thème

Agence France-Presse
MADRID

Trois nouvelles personnes ont été admises à l'hôpital Carlos III de Madrid, dans le service traitant les malades d'Ebola, tandis que deux en sont sorties saines, portant à sept le bilan des hospitalisations, dont un seul cas avéré, a annoncé l'établissement mercredi soir.

«Ce soir deux médecins et un infirmier ont été admis», a déclaré une porte-parole. Les deux médecins ont été en contact avec la patiente (contaminée par le virus). Il s'agit d'une femme qui l'avait examinée dans un centre de santé et d'un médecin de la ville d'Alcorcon, en banlieue sud de Madrid, où elle habite, selon une porte-parole de l'hôpital.

La malade est une aide-soignante de 44 ans qui faisait partie de l'équipe ayant traité deux religieux espagnols contaminés par le virus en Afrique et décédés respectivement le 12 août et le 25 septembre.

L'infirmier hospitalisé a lui aussi été en contact avec l'un des deux religieux. «Il a des symptômes et un test a été pratiqué, mais nous n'avons pas encore de résultat», a ajouté la porte-parole.

Par ailleurs, une autre aide-soignante et un ingénieur, hospitalisés mardi, ont pu sortir, les derniers tests étant négatifs.

Au total donc sept personnes étaient à l'isolement à l'hôpital Carlos III de Madrid mercredi soir: les trois nouveaux arrivants, la malade, son mari et deux infirmières, sur lesquels aucune information n'a été donnée.

Une cinquantaine de personnes qui ont pu être en contact avec la malade et le religieux décédé le 25 septembre, issues notamment du milieu hospitalier, sont déjà surveillées. Une enquête est en cours afin d'identifier tous les habitants de la région qui ont pu être exposés, d'autant que l'aide-soignante a présenté des symptômes dès le 29 septembre, mais n'a été hospitalisée que lundi 6 octobre.

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer