Ebola: contrôle renforcé dans les aéroports canadiens

Des officiers de quarantaine sont présents aux aéroports... (Photo archives La Presse Canadienne)

Agrandir

Des officiers de quarantaine sont présents aux aéroports de Montréal, Toronto, Vancouver, Halifax, Calgary et Ottawa, a signalé le ministère fédéral de la Santé mercredi soir.

Photo archives La Presse Canadienne

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Virus Ebola
Virus Ebola

L'épidémie de fièvre hémorragique Ebola s'est déclarée au début de l'année 2014 en Guinée avant de gagner le Liberia puis la Sierra Leone. Le virus mortel touche de plus en plus de personnes. »

Mélanie Marquis
La Presse Canadienne

Les voyageurs présentant des symptômes associés au virus Ebola devront se soumettre à des tests de température corporelle ciblés dans les aéroports canadiens par mesure préventive.

Ottawa a emboîté le pas à Washington, mercredi, en annonçant un resserrement des contrôles de sécurité dans les aéroports du pays.

«Le gouvernement prendra des mesures additionnelles en implantant des contrôles de température ciblés», a affirmé en Chambre la ministre fédérale de la Santé, Rona Ambrose, en réponse à une question de l'opposition.

Déjà, «les voyageurs en provenance des pays d'Afrique de l'Ouest affectés (par l'épidémie) sont identifiés et on leur demande des informations sur leur état de santé», a-t-elle spécifié.

Dans une déclaration écrite transmise en fin de journée, mercredi, l'administrateur en chef de la santé publique, le docteur Gregory Taylor, a précisé en quoi consistaient ces nouvelles mesures.

«Si les voyageurs sont malades ou qu'ils disent avoir été en contact avec une personne malade, ils seront référés à un officier de quarantaine de l'Agence de la santé publique du Canada», a-t-il indiqué, ajoutant que ceux-ci disposent de la formation et de l'équipement nécessaires pour gérer le tout.

Des officiers de quarantaine sont présents aux aéroports de Montréal, Toronto, Vancouver, Halifax, Calgary et Ottawa, a signalé le ministère fédéral de la Santé mercredi soir.

Aucun vol direct en provenance des pays affectés par l'épidémie ne se pose au Canada, a signalé le docteur Taylor, soulignant que l'Ebola représente un risque «très bas» pour la population canadienne.

Le porte-parole néo-démocrate en matière d'affaires internationales, Paul Dewar, a accusé le gouvernement d'improvisation dans ce dossier.

«Le gouvernement devrait agir et non réagir. (...) La ministre de la Santé y va d'une réponse de 30 secondes en Chambre au sujet des contrôles, et la ministre des Transports n'en sait rien», a-t-il laissé tomber à l'issue de la période de questions.

«Alors il me semble que leur plan est dicté par la confusion», a ajouté M. Dewar, qui n'avait pas pris connaissance de la déclaration du docteur Taylor avant de tenir ces propos.

L'annonce de la ministre Ambrose survient dans la foulée du décès d'un patient qui avait été hospitalisé au Texas après avoir reçu un diagnostic d'Ebola.

Washington a annoncé mercredi un resserrement des mesures de sécurité dans les aéroports après que cette information eut été rendue publique.

Les passagers en provenance des trois pays d'Afrique de l'Ouest (Liberia, Sierra Leone et Guinée) les plus affectés par l'épidémie feront l'objet de contrôles renforcés à leur arrivée dans cinq aéroports des États-Unis, a indiqué la Maison-Blanche.

Selon l'Organisation mondiale de la santé, au moins 8033 personnes ont contracté le virus Ebola, et près de 3900 d'entre eux en sont mortes.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer