Ebola: le malade du Texas dans un état très grave

Des nettoyeurs de matières dangereuses installent du matériel... (PHOTO ASSOCIATED PRESS)

Agrandir

Des nettoyeurs de matières dangereuses installent du matériel à l'entrée de l'appartement où a résidé Thomas Eric Duncan la semaine dernière, le 3 octobre à Dallas.

PHOTO ASSOCIATED PRESS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Virus Ebola
Virus Ebola

L'épidémie de fièvre hémorragique Ebola s'est déclarée au début de l'année 2014 en Guinée avant de gagner le Liberia puis la Sierra Leone. Le virus mortel touche de plus en plus de personnes. »

Agence France-Presse
WASHINGTON

Le Libérien, premier malade d'Ebola diagnostiqué aux États-Unis, est dans un état très grave, a indiqué samedi l'hôpital de Dallas au Texas où il est traité depuis le 28 septembre.

«Thomas Eric Duncan est dans un état très grave», écrit dans bref communiqué une porte-parole du centre hospitalier Texas Health Presbyterian Hospital.

Son état s'est donc aggravé par rapport à vendredi où le dernier bulletin parlait d'état «grave». Cette porte-parole n'a donné aucune autre précision.

Par ailleurs, les autorités sanitaires américaines ont indiqué samedi que toutes les personnes ayant été en contact direct avec le patient, ne présentaient aucun symptôme.

«Nous avons identifié jusqu'à maintenant neuf personnes dont on est sûr qu'elles ont été en contact avec le malade, des membres de sa famille et du personnel soignant», a indiqué le Dr Tom Frieden, le directeur des Centres de contrôle et de prévention des maladies (CDC) lors d'une conférence de presse.

Outre ce groupe revu à la baisse par rapport à la veille, «nous avons également identifié 46 personnes pour lesquelles nous ne pouvons pas écarter avec certitude des contacts avec ce patient», a-t-il ajouté.

Mais pour le moment, «aucune des 45 personnes sur les 46 qui ont déjà été examinées, ni les neuf personnes les plus à risque, n'ont montré de symptômes d'Ebola comme de la fièvre», a souligné le Dr Frieden. Il a ajouté que toutes ces personnes étaient surveillées de près jusqu'à la fin de la période d'incubation estimée à 21 jours.

«Au cours des prochains jours, nous allons surveiller de très près et en particulier les neuf individus qui ont le plus grand risque d'avoir été infectés, étant donné que le pic de la période d'incubation va de huit à dix jours», a-t-il dit.

Cette surveillance sera appliquée aussi pour les 46 autres personnes dont certaines se trouvaient avec lui dans l'ambulance lors de son transfert à l'hôpital le 28 septembre. M. Duncan s'était rendu une première fois à l'hôpital le 26 septembre, deux jours après avoir ressenti les premiers symptômes, mais avait été renvoyé chez lui.

Les quatre occupants - une femme et trois jeunes garçons - de l'appartement de Dallas où le malade a résidé après son retour du Liberia, ont été transférés vendredi soir dans une résidence sécurisée, a précisé Clay Lewis Jenkins, un juge du comté de Dallas. Ils avaient été placés en quarantaine sous surveillance policière jusqu'au 19 octobre.

Le Dr Frieden a également dit que la décontamination de l'appartement été achevée. Une société spécialisée a enlevé les effets personnels comme les draps du lit dans lequel M. Ducan avait dormi. Il a reconnu que ce processus avait pris trop longtemps.

Vendredi, une personne présentant des symptômes similaires à ceux d'Ebola et ayant récemment voyagé au Nigeria a été hospitalisée dans la capitale fédérale Washington et mise en quarantaine en attendant les résultats des analyses de sang.

Par ailleurs, la chaîne américaine NBC News avait annoncé jeudi soir qu'un Américain de 33 ans, Ashoka Mukpo, embauché comme caméraman pigiste au Liberia, avait été infecté par Ebola et serait rapatrié lundi aux États-Unis.

L'épidémie d'Ebola, la plus meurtrière depuis l'émergence du virus en 1976, a déjà fait 3439 morts et quelque 7500 personnes ont été infectées dans cinq pays d'Afrique de l'Ouest, principalement au Liberia, en Sierra Leone et en Guinée, selon un bilan de l'OMS arrêté au 1er octobre

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer