Ebola: le Canada tient à rassurer la population

Rona Ambrose... (PHOTO ADRIAN WYLD, ARCHIVES LA PRESSE CANADIENNE)

Agrandir

Rona Ambrose

PHOTO ADRIAN WYLD, ARCHIVES LA PRESSE CANADIENNE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Virus Ebola
Virus Ebola

L'épidémie de fièvre hémorragique Ebola s'est déclarée au début de l'année 2014 en Guinée avant de gagner le Liberia puis la Sierra Leone. Le virus mortel touche de plus en plus de personnes. »

La ministre fédérale de la Santé, Rona Ambrose, a tenu à rassurer ce matin la population canadienne en martelant que les risques que le virus Ebola se propage au Canada sont « très faibles ».

Hier, un premier cas de patient atteint de la maladie a été déclaré aux États-Unis.

«Ce patient n'a jamais mis les pieds au Canada. L'Ebola ne se répand pas par voie aérienne, comme la grippe. Et le Canada est bien préparé. Nous avons notamment des points de contrôle aux frontières. Nous n'avons aucun vol direct vers les pays africains fortement touchés par la maladie. Et nous avons parmi les meilleurs hôpitaux au monde», a déclaré la ministre Ambrose.

Le patient américain a contracté la maladie au Liberia. Il a passé quelques jours avec des proches avant de se rendre dans un hôpital du Texas où il est aujourd'hui isolé aux soins intensifs.

Le chef de la santé publique du Canada, le Dr Gregory Taylor, a mentionné que les symptômes de l'Ebola apparaissent entre deux et 21 jours après avoir contracté la maladie. «Le patient américain n'était pas contagieux dans l'avion. Et je répète, la maladie se transmet par contact direct avec des fluides humains. Pas par voie aérienne », dit-il.

Le Dr Taylor a toutefois rappelé aux voyageurs revenant des pays touchés par l'Ebola qu'à leur retour au pays, ils doivent se rendre immédiatement à l'hôpital s'ils présentent des symptômes de la maladie comme de la fièvre, des maux de tête, de la diarrhée ou des vomissements. « Il faut informer le personnel de notre séjour dans les pays touchés », dit-il.

Le Canada travaille présentement à fournir près de 300 000 masques aux pays africains touchés. « Mais nous avons de la difficulté à trouver une compagnie aérienne voulant faire le transport », note le Dr Taylor.

Des centaines de doses de vaccin expérimental seront également fournies à l'Organisation mondiale de la santé.

Partager

lapresse.ca vous suggère

  • L'Ebola en trois questions

    Virus Ebola

    L'Ebola en trois questions

    La détection d'un cas de fièvre Ebola aux États-Unis ne doit pas inquiéter les Québécois: la province est toujours «aussi prête» et «aussi alerte»... »

  • Un médecin québécois sur la ligne de front en Sierra Leone

    Virus Ebola

    Un médecin québécois sur la ligne de front en Sierra Leone

    Alors qu'on annonçait hier un premier cas d'Ebola aux États-Unis, le bilan des morts atteignait le cap des 3000 cette semaine en Afrique de l'Ouest.... »

  • Un premier cas d'Ebola aux États-Unis

    Virus Ebola

    Un premier cas d'Ebola aux États-Unis

    Pour la première fois depuis le début de l'épidémie d'Ebola en Afrique, un malade ayant été infecté par le virus sur ce continent a été diagnostiqué... »

  • D'autres cas d'Ebola craints au Texas

    Virus Ebola

    D'autres cas d'Ebola craints au Texas

    Les autorités du Texas recherchaient mercredi toutes les personnes - dont des enfants - qui auraient pu entrer en contact avec le patient, un... »

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer