Un Britannique vivant en Sierra Leone testé positif

Aucun vaccin ni traitement n'existe à l'heure actuelle... (Photo AFP)

Agrandir

Aucun vaccin ni traitement n'existe à l'heure actuelle pour détruire ce virus qui est contracté au contact des fluides corporels.

Photo AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Virus Ebola
Virus Ebola

L'épidémie de fièvre hémorragique Ebola s'est déclarée au début de l'année 2014 en Guinée avant de gagner le Liberia puis la Sierra Leone. Le virus mortel touche de plus en plus de personnes. »

Agence France-Presse
LONDRES

Un ressortissant britannique vivant en Sierra Leone a été testé positif au virus Ebola, a annoncé samedi à Londres le Département de la Santé.

Des responsables du Département ont indiqué que le malade, qui n'a pas été identifié, bénéficiait d'une assistance consulaire.

Mais le journal britannique Mail on Sunday a indiqué dimanche que le malade faisait partie du personnel médical travaillant pour une ONG en Sierra Leone.

Selon le Mail, il devrait être prochainement rapatrié en Grande-Bretagne pour y être soigné, ce que le ministère britannique de la Santé n'a cependant pas encore confirmé.

Le professeur John Watson, un haut responsable du Département de la Santé, a souligné que le risque représenté par le virus Ebola pour les gens vivant en Grande-Bretagne «continuait à être infime».

«Des experts médicaux sont actuellement en train d'évaluer la situation en Sierra Leone pour s'assurer que les mesures appropriées sont prises pour faire face à l'épidémie», a-t-il ajouté.

«Nous disposons d'un système de santé (Service national de santé, NHS) solide, bien développé et performant pour faire face à des maladies infectieuses rares, lorsqu'elles surviennent, avec le soutien de nombreux experts», a-t-il encore indiqué.

Le virus, qui s'est propagé au Liberia, en Guinée, en Sierra Leone, et dans une moindre mesure au Nigeria, a causé la mort de 1427 personnes au total depuis l'éclatement de l'épidémie en mars.

Aucun vaccin ni traitement n'existe à l'heure actuelle pour détruire ce virus qui est contracté au contact des fluides corporels.




la boite:1600127:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer