Écrasement du MH17: la Russie accuse de nouveau l'armée ukrainienne d'être responsable

Les autorités russes ont proposé plusieurs théories depuis... (Photo Kirill Kudryavtsev, Agence France-Presse)

Agrandir

Les autorités russes ont proposé plusieurs théories depuis la tragédie pour expliquer les causes de l'écrasement, parmi lesquelles l'implication d'un avion de chasse ukrainien.

Photo Kirill Kudryavtsev, Agence France-Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Ukraine
Ukraine

Consultez notre dossier sur la crise ukrainienne. »

Agence France-Presse
Moscou

La Russie a de nouveau accusé lundi l'armée ukrainienne d'être responsable de l'écrasement du vol MH17 de la Malaysia Airlines en 2014 dans l'est de l'Ukraine, deux jours avant la publication des premiers résultats de l'enquête pénale internationale sur le drame.

«Le fait que l'Ukraine n'a pas encore rendu publiques les informations de ses stations radars suggère que le lieu depuis lequel le missile a été tiré --s'il s'agit bien d'un (missile) BUK-- se trouve dans le territoire contrôlé par l'armée ukrainienne», a affirmé au cours d'une conférence de presse le général russe Andreï Kobane.

«Si le Boeing malaisien avait été touché par un missile tiré depuis un territoire situé à l'est du site de l'écrasement, cela aurait été détecté par les radars russes», a-t-il ajouté.

L'enquête pénale internationale, dont les premiers résultats sont attendus mercredi, doit permettre d'établir les responsabilités dans cet écrasement qui a fait 298 morts en juillet 2014, dont une majorité de Néerlandais.

Une autre enquête, coordonnée par le Bureau néerlandais d'enquête pour la sécurité (OVV), avait conclu l'an dernier que le Boeing 777 qui reliait Amsterdam à Kuala Lumpur avait été abattu par un missile sol-air de fabrication russe BUK depuis une zone tenue par les séparatistes prorusses, sans identifier les auteurs du tir.

Moscou et les séparatistes démentent toutefois cette version et pointent du doigt les forces ukrainiennes.

Almaz-Anteï, le constructeur russe des BUK, avait contesté les conclusions de l'enquête internationale menée par les Pays-Bas quelques jours à peine après sa publication, expliquant avoir simulé «en conditions réelles» l'explosion d'un missile près d'un avion au sol.

Selon le fabricant, le missile qui a abattu le MH17 est d'un modèle qui n'est plus en service dans l'armée russe. Il affirme qu'il a été tiré depuis un territoire qui était à l'époque disputé entre les rebelles et l'armée ukrainienne.

Les autorités russes ont proposé plusieurs théories depuis la tragédie pour expliquer les causes de l'écrasement, parmi lesquelles l'implication d'un avion de chasse ukrainien.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer