Le rapport posthume de Nemtsov évoque de lourdes pertes russes en Ukraine

Boris Nemtsov avait publié plusieurs rapports dans le... (PHOTO MAXIM SHEMETOV, ARCHIVES REUTERS)

Agrandir

Boris Nemtsov avait publié plusieurs rapports dans le passé, dont l'un sur la corruption dans la préparation des Jeux olympiques d'hiver de 2014 à Sotchi.

PHOTO MAXIM SHEMETOV, ARCHIVES REUTERS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Ukraine
Ukraine

Née en novembre de la volte-face du pouvoir, qui a renoncé à un rapprochement avec l'UE pour signer un accord avec Moscou, la contestation ukrainienne s'est depuis muée en révolte contre le président Ianoukovitch. Une crise qui plonge l'Ukraine au bord de la guerre civile, alors que les affrontements entre opposants et forces de l'ordre ont fait des dizaines de morts et des centaines de blessés. »

Anna MALPAS, Maxime POPOV
Agence France-Presse
MOSCOU

Les proches de Boris Nemtsov ont présenté mardi un rapport basé sur le travail d'enquête réalisé par l'opposant avant son assassinat en février à Moscou, qui prouve selon eux la mort de nombreux soldats russes en Ukraine, ce que le Kremlin dément depuis des mois.

Le rapport de 64 pages intitulé «Poutine. La guerre», ne contient toutefois pas d'éléments fondamentalement nouveaux puisqu'il se base essentiellement sur des informations déjà publiées dans les médias russes et étrangers au cours des derniers mois.

Ce document n'a pas été rédigé par M. Nemtsov, abattu par balles le 27 février au pied du Kremlin alors qu'il rentrait chez lui avec sa compagne ukrainienne, mais par ses alliés politiques du parti RPR-Parnasse, et des journalistes, à partir des éléments qu'il avait collectés.

«Nous avons rassemblé ce que nous considérons comme des preuves exhaustives de la présence de troupes russes en Ukraine», a lancé l'opposant Ilia Iachine lors de la présentation du document à la presse.

«Notre objectif est de parler à ceux qui sont prêts à nous écouter. Même s'il s'agit de 1% des Russes, nous aurons fait notre boulot», a-t-il ajouté.

Selon le rapport, les troupes russes ont pour la première fois été envoyées «massivement» dans l'est de l'Ukraine en août 2014, pour épauler les rebelles dans leur contre-offensive à Ilovaïsk et sur le front sud de Donetsk.

D'autres unités auraient par la suite été envoyées, cette fois en tant que «volontaires», en janvier et février, pour inciter le président ukrainien Petro Porochenko à s'asseoir à la table des négociations à Minsk et lors des âpres combats pour la ville stratégique de Debaltseve.

Selon les estimations du rapport, qui se base sur des éléments rassemblés depuis la Russie, sans enquête sur place en Ukraine, au moins 150 soldats russes ont ainsi été tués en août 2014, et près de 70 autres en janvier et en février.

M. Iachine a ainsi estimé que «toutes les victoires militaires clés des séparatistes ont été réalisées par des unités de l'armée russe», dans ce conflit qui a fait plus de 6200 morts depuis avril 2014.

Moscou a en outre, selon lui, soutenu le recrutement de combattants volontaires pour les rebelles à travers ses centres de recrutement, et a supervisé le «transfert d'équipement militaire» à travers la frontière.

Témoignages de familles

Selon les proches de l'opposant, les éléments rassemblés par Boris Nemtsov proviennent de «sources ouvertes», telles que les médias ou les réseaux sociaux, de «sources anonymes à Moscou» et de témoignages des familles de soldats tombés en Ukraine, qui l'ont contacté dans l'espoir de recevoir de l'aide pour obtenir la compensation financière promise par les autorités russes.

Selon le rapport, les familles des militaires tombés en Ukraine devaient recevoir 2 millions de roubles (47 000 $) à condition de ne pas dévoiler les circonstances de leur mort.

Le rapport estime le coût du conflit pour Moscou à 930 millions d'euros (1,3 milliard de dollars), auxquels s'ajoutent 1,4 milliard d'euros (1,9 milliard de dollars) dépensés par les régions russes pour l'accueil de réfugiés du Donbass, ainsi que l'impact des sanctions occidentales décrétées contre la Russie.

Le Kremlin a pour sa part refusé de commenter les informations du rapport, le porte-parole Dmitri Peskov disant «ne pas avoir pris connaissance du dossier».

Moscou a toujours catégoriquement démenti toute livraison d'armes ou envoi de combattants chez son voisin, comme l'en accusent Kiev et les Occidentaux. La Russie reconnaît toutefois la présence dans le Donbass de «volontaires» russes partis de leur propre initiative combattre aux côtés des rebelles.

Distributions publiques

Le journal d'opposition russe Novaïa Gazeta avait publié en mars l'interview d'un jeune soldat russe qui affirmait avoir été déployé avec son unité de tankistes d'Oulan-Oudé (Sibérie) dans l'Est de l'Ukraine, où il a été grièvement brûlé en février après des affrontements avec l'armée ukrainienne.

D'autres médias russes avaient exigé la vérité sur la présence présumée de troupes russes en Ukraine en août, après avoir fait état de l'inhumation en Russie de soldats décédés dans des circonstances floues.

Au même moment, une dizaine de parachutistes russes avaient été capturés dans l'est par les forces ukrainiennes, Vladimir Poutine affirmant qu'ils s'étaient simplement «perdus» au cours d'une patrouille.

Le site internet où peut être téléchargé le rapport fonctionnait toutefois avec difficulté mardi, M. Iachine affirmant qu'il avait été la cible d'une attaque informatique par déni de service.

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer