Ukraine: réunion vendredi du Conseil de sécurité

Cette réunion du Conseil de sécurité se tient... (PHOTO ARCHIVES REUTERS)

Agrandir

Cette réunion du Conseil de sécurité se tient à la demande de la France et de l'Allemagne.

PHOTO ARCHIVES REUTERS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Ukraine
Ukraine

Née en novembre de la volte-face du pouvoir, qui a renoncé à un rapprochement avec l'UE pour signer un accord avec Moscou, la contestation ukrainienne s'est depuis muée en révolte contre le président Ianoukovitch. Une crise qui plonge l'Ukraine au bord de la guerre civile, alors que les affrontements entre opposants et forces de l'ordre ont fait des dizaines de morts et des centaines de blessés. »

Agence France-Presse
NATIONS UNIES

Le Conseil de sécurité tiendra vendredi une réunion d'urgence sur le conflit en Ukraine au moment où la situation semble s'améliorer dans l'est du pays, ont indiqué des diplomates.

Cette réunion se tient à la demande de la France et de l'Allemagne. C'est la première session du Conseil sur l'Ukraine depuis que celui-ci a entériné le 17 février l'accord de paix de Minsk conclu entre la Russie, l'Ukraine, la France et l'Allemagne.

Cet accord prévoyait un cessez-le-feu entre forces ukrainiennes et séparatistes prorusses dans l'est de l'Ukraine.

Les ambassadeurs des 15 pays entendront des comptes-rendus de responsables de l'OSCE (Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe) qui observe le conflit ukrainien. Ils auront ensuite des consultations à huis clos.

Jeudi, l'Ukraine a entamé le retrait des armes lourdes du front dans l'Est séparatiste prorusse où la trêve semble globalement respectée, même si le bras de fer continue entre les Occidentaux et Moscou.

Cet affrontement est-ouest se reflète au Conseil de sécurité, qui a tenu une trentaine de réunions, pour la plupart infructueuses, depuis le début de la crise en Ukraine.

Le retrait des armes lourdes, prévu par les accords Minsk 2 signés le 12 février, était censé commencer dimanche. Mais Kiev avait jusqu'à présent fait savoir qu'il n'en était pas question avant le respect total du cessez-le-feu.

La trêve instaurée à partir du 15 février semble enfin tenir ces derniers jours dans l'est séparatiste du pays, où le conflit a fait plus de 5800 morts en dix mois. L'armée ukrainienne n'a eu aucun mort à déplorer pour la deuxième journée consécutive.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer