«Nous allons gagner cette guerre», dit Porochenko aux Ukrainiens

Le président ukrainien, Petro Porochenko... (Photo AFP/Gouvernement ukrainien)

Agrandir

Le président ukrainien, Petro Porochenko

Photo AFP/Gouvernement ukrainien

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Ukraine
Ukraine

Née en novembre de la volte-face du pouvoir, qui a renoncé à un rapprochement avec l'UE pour signer un accord avec Moscou, la contestation ukrainienne s'est depuis muée en révolte contre le président Ianoukovitch. Une crise qui plonge l'Ukraine au bord de la guerre civile, alors que les affrontements entre opposants et forces de l'ordre ont fait des dizaines de morts et des centaines de blessés. »

Sur le même thème

Agence France-Presse
KIEV

L'Ukraine va «gagner la guerre» contre les rebelles prorusses soutenus par Moscou, a déclaré le président Petro Porochenko dans son adresse à la Nation à l'occasion du Nouvel an prononcée en compagnie de soldats et bénévoles ukrainiens.

«L'année qui se termine a été la plus dure pour nous en soixante-dix ans. L'ennemi farouche a porté atteinte à notre vie, notre territoire, notre liberté et notre indépendance», a lancé M. Porochenko dans une allusion claire à la Russie, qui a annexé en mars la péninsule ukrainienne de Crimée et est accusée d'avoir organisé et armé la rébellion prorusse dans l'Est du pays.

«Nous allons gagner cette guerre patriotique (...) car la justice est de notre côté», a poursuivi le chef de l'État, avant de souhaiter à ses compatriotes «avant tout une paix durable».

«Les paroles +Pays uni+ sont devenus le mot d'ordre de cette année», a-t-il ajouté en les prononçant symboliquement en ukrainien, en russe, langue parlée par une grande partie de la population, et tatar, langue des Tatars de Crimée, peuple autochtone de cette péninsule, qui a protesté contre son annexion.

Contrairement à la tradition, M. Porochenko a prononcé son allocution en compagnie d'une quinzaine de personnes dont des soldats ayant combattu dans l'Est séparatiste, des bénévoles apportant une aide à l'armée et des militants du Maïdan, ces protestations pro-européennes qui ont abouti en février au renversement de l'ex-président prorusse Viktor Ianoukovutch.

Ils ont tous observé avec le président un moment de silence à la mémoire des Ukrainiens, militaires et civils, tués lors de ce conflit qui a fait plus de 4.700 morts depuis son début en avril.

«2015 ne sera pas facile, mais je suis sûr qu'elle entrera dans l'histoire comme l'année du début des réformes profondes qui nous ouvriront la voie vers l'adhésion à l'Union européenne», a encore assuré le président.

L'Ukraine, qui espère déposer une demande officielle d'adhésion à l'UE en 2020, est confrontée non seulement à un conflit meurtrier mais également à une très grave crise économique avec une chute du PIB de 7,5% en 2014. Le pays vient d'adopter un budget d'austérité pour l'an 2015.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer