L'Ukraine va fermer tous les services publics de l'Est séparatiste

Le président ukrainien, Petro Porochenko... (Photo AFP/Gouvernement ukrainien)

Agrandir

Le président ukrainien, Petro Porochenko

Photo AFP/Gouvernement ukrainien

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Ukraine
Ukraine

Née en novembre de la volte-face du pouvoir, qui a renoncé à un rapprochement avec l'UE pour signer un accord avec Moscou, la contestation ukrainienne s'est depuis muée en révolte contre le président Ianoukovitch. Une crise qui plonge l'Ukraine au bord de la guerre civile, alors que les affrontements entre opposants et forces de l'ordre ont fait des dizaines de morts et des centaines de blessés. »

Sur le même thème

Agence France-Presse
KIEV

Le président ukrainien Petro Porochenko a ordonné samedi le retrait de tous les services publics des régions sous contrôle des séparatistes prorusses dans l'est de l'Ukraine, des mesures qui entérinent de facto la partition du pays.

Dans un décret, M. Porochenko ordonne au gouvernement de prendre des mesures d'ici une semaine «pour mettre fin aux activités des entreprises, institutions et organisations étatiques dans les divers territoires où l'opération antiterroriste est conduite».

Cette décision s'applique aux services publics tels que les écoles, les hôpitaux et les secours, a expliqué à l'AFP un haut responsable ukrainien sous le couvert de l'anonymat.

«C'est une mesure décisive, c'en est fini des petits jeux», a dit le haut responsable. «Toutes les structures que l'État finance là-bas seront retirées».

«Les fonds [ainsi économisés] seront distribués sous forme d'aide humanitaire pour ces régions», a-t-il précisé.

Publié alors que se tient à Brisbane (Australie) un sommet du G20 où la question ukrainienne devait occuper une place centrale, le décret présidentiel ordonne aussi l'évacuation, avec leur accord, des fonctionnaires et le retrait dans la mesure du possible des documents et biens publics.

Les tribunaux, magistrats et prisonniers devront être déplacés hors des zones aux mains des séparatistes, ajoute le texte, qui annonce aussi une amnistie pour les auteurs de petits délits.

Il va en outre être «proposé» à la banque centrale ukrainienne de prendre des mesures d'ici un mois pour mettre fin aux services bancaires aux entreprises et aux particuliers.

Le décret est une conséquence des élections tenues dans les régions séparatistes le 2 novembre au grand dam de Kiev.

Deux jours après le scrutin, M. Porochenko avait annoncé que l'Ukraine serait «contrainte» à durcir le ton et à «isoler» militairement et économiquement la zone sous contrôle des rebelles «afin de ne pas permettre à ce cancer de s'étendre».

Les hostilités ont gagné en intensité depuis ces élections, rendant de plus en plus virtuelle une trêve conclue le 5 septembre entre armée ukrainienne et séparatistes et nourrissant au sein de la communauté internationale les craintes d'un embrasement dans la région.

Plus de 4100 personnes sont mortes depuis le début du conflit en avril, selon l'ONU.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer